Road trip en Irlande: Conseils & infos pratiques

Road trip en Irlande

Si vous avez lu les articles que j’ai publiés ces dernières semaines à propos de mon road trip en Irlande, vous aurez sans doute compris que j’ai beaucoup, beaucoup aimé ce voyage. J’ai une affection particulière pour ce pays que je trouve à la fois dépaysant et accessible, très riche d’un point de vue culturel et historique tout en étant parfait pour se vider la tête et profiter de la nature. Aujourd’hui, j’avais envie de réunir dans cet article quelques conseils personnels qui pourront peut-être vous être utiles si vous prévoyez un voyage similaire.

Il s’agissait de notre deuxième voyage en Irlande – et soyons sérieux, ça ne sera pas le dernier ! En 2012, nous avions effectué une grande boucle qui partait de Dublin, longeait la côte jusqu’à Cork, remontait en direction de Galway en passant du côté de Limerick, pour regagner ensuite Dublin après une escale à Athlone – vous pouvez voir la carte ici. Ce road trip avait duré une dizaine de jours; c’était plutôt long par rapport au nombre de kilomètres parcourus, mais ça nous a permis d’explorer davantage les lieux où nous nous arrêtions plutôt que traverser le pays à toute vitesse. Pour nous, ça avait été un excellent premier aperçu de l’Irlande: nous avons visité trois de ses cinq principales villes, emprunté des petites routes étroites qui longeaient la mer, puis l’océan, écouté de la musique et bu des pintes dans des pubs, admiré quelques uns des plus beaux points de vue du pays, nous nous sommes perdus dans le parc national du Burren, avons visité les ruines de châteaux et d’édifices religieux, pris le bateau sur l’océan, longé un lac et traversé des tourbières à l’est du Conemarra… Cet itinéraire nous avait permis de découvrir une grande variété de paysages et de faire un peu connaissance avec ce pays magnifique et ses adorables habitants.

Cette année, nous nous sommes concentrés sur le sud ouest, plus particulièrement la petite péninsule d’Iveragh où nous avons parcouru le Ring of Kerry pendant six jours. Cette boucle de 180 km s’effectue habituellement plutôt sur deux jours, éventuellement trois, mais nous avions envie de pouvoir prendre notre temps et nous ne l’avons pas regretté une seconde. Il s’agit d’une région sublime qui offre une multitude de possibilités de quitter la voiture pour des visites, balades et randonnées en tout genre: plages, ruines de bâtiments historiques, forêts mystérieuses, montagnes… Il y en a pour tous les goûts et nous en sommes repartis sans frustration, avec l’impression d’en avoir vraiment profité.

D’une manière générale, je pense qu’on croit à tord que l’Irlande est un tout petit pays dont on a vite fait le tour, alors qu’elle mérite au contraire qu’on prenne le temps de s’y perdre un peu, quitte à y revenir si on a l’ambition de « tout » voir (c’est mon cas ! )


Les transports

Je vais vous avouer quelque chose: quand l’idée d’un deuxième voyage en Irlande a commencé à faire son chemin, je me suis très sérieusement renseignée sur les possibilités de s’y rendre autrement qu’en avion. Et techniquement, c’est possible en train et en ferry, en passant par l’Angleterre. Il faut juste avoir envie de consacrer un certain temps au seul voyage (en tout cas 24 heures depuis la Suisse, voire probablement plus). Je me suis donc résignée et on a effectué l’aller-retour avec Aer Lingus, la compagnie aérienne nationale irlandaise, à laquelle je n’ai d’ailleurs rien à reprocher: il ne s’agit pas d’une compagnie low cost, leurs avions sont donc plus confortables que ceux d’EasyJet, les restrictions sur les bagages en cabine un peu plus souples, tout ça pour un prix qui reste correct. J’ai trouvé le personnel de cabine tout à fait sympathique et prévenant, et en plus les avions sont jolis !

Road trip en Irlande – Aéroport de Dublin

Depuis la Suisse, les seuls vols disponibles étaient à destination de Dublin, ce qui ne nous arrangeait pas trop étant donné que le Ring of Kerry se trouve sur la côte opposée (mise à jour: depuis le printemps 2017, la compagnie Swiss propose des vols entre Zürich et Cork, yay !)… Du coup, nous avons effectué la traversée du pays, jusqu’à Cork à l’aller et depuis Killarney au retour, en voiture. Ça nous a fait deux longs trajets de plus de 3h (presque 4 en fait pour le trajet Killarney – Dublin), si c’était à refaire je pense que nous opterions pour l’autocar: moins fatiguant, pas forcément beaucoup plus long et plus écologique. Les compagnies Aircoach et Bus Éireann proposent des billets entre Dublin et plusieurs grandes villes d’Irlande, y compris Belfast, pour une quinzaine d’euros par personne, ça me semble être une option intéressante.

Sur place, nous avons donc loué une voiture, ça restait le moyen de transport qui nous offrait le plus de flexibilité pour notre voyage. Nous avons réservé notre véhicule chez Hertz car nous avions eu une bonne expérience avec eux en 2012, et j’avoue ne pas avoir spécialement comparé les prestations avec les compagnies concurrentes. En Suisse, sachez que si vous êtes client du service de Car Sharing Mobility, vous pouvez bénéficier d’un rabais sur la location d’un véhicule à l’étranger chez Hertz et Europcar. Je n’étais pas au courant quand ça m’aurait été utile mais c’est bon à savoir pour la prochaine fois. Nous avons choisi une voiture citadine assez grande pour nos bagages et nous garantir un peu de confort vu qu’on y passait quand même pas mal de temps, mais pas trop non plus car les routes irlandaises sont parfois très étroites (et les Irlandais y roulent comme des petits foufous).

Niveau gadgets, nous n’avons pas pris de GPS, l’expérience nous ayant appris que pour trouver les ruines d’un château perdu entre un champ, un lac et trois moutons, ça ne fonctionne pas forcément super bien. A la place, nous avons pris l’option « mobile Wi-Fi hotspot » proposée par Hertz afin de pouvoir utiliser Google Maps (nous n’avons pas de données à l’étranger sur nos forfaits mobiles, la connexion au réseau nous coûte donc environ un rein, même si Google Maps ne l’utilise que pour charger les cartes nous avions eu de mauvaises surprises avec ça en 2012). Et alors vraiment c’était top. Notre petit wifi portable captait la 4G sans problème même au fin fond de la cambrousse, j’avais enregistré à l’avance la plupart des lieux que nous voulions visiter dans Google, on a tout trouvé hyper facilement et presque sans se perdre (ça n’aurait pas été rigolo si on ne s’était pas planté de route de temps en temps).

Conduire en Irlande

En Irlande, comme en Grande-Bretagne, on roule à gauche. C’est assez bizarre au début, surtout le premier rond-point, mais on s’y habitue vite (je dis ça mais j’avoue, je n’ai pas conduit). De retour en Suisse, je me suis même demandé pendant une seconde pourquoi notre bus roulait du mauvais côté de la route.

Sur les grandes routes et tant qu’il y a du trafic, conduire à gauche nous a même semblé plutôt naturel, instinctivement on suit le flux des autres voitures et on ne va pas se mettre en sens inverse. Il y a toutefois certaines situations que nous avons trouvées plus délicates: tourner à droite dans un carrefour (s’il n’y avait pas de voitures en face, nous avions tendance à spontanément nous mettre sur la piste de droite), les sorties de parkings… Un peu de vigilance reste donc nécessaire, y compris de la part du copilote (c’est moi !). Sur les petites routes de campagne en revanche, c’est plutôt facile, il n’y a souvent qu’une seule piste 😉

Au niveau des limitations, en règle générale c’est assez simple: 120 km/h sur les autoroutes, 50 à l’intérieur des localités, 80 ou 100 sur les routes régionales et nationales. Là où ça devient un peu rigolo, c’est que quand je parle de routes nationales (le Ring of Kerry, par exemple, est une route nationale), n’allez pas imaginer de belles routes droites, larges et bien goudronnées. C’est le cas à certains endroits, mais nous nous sommes souvent retrouvés sur des routes très étroites, avec une faible visibilité et constellées de nid-de-poules. Impossible pour nous d’y rouler à 100, mais ça ne semblait pas trop déranger les Irlandais qui arrivaient en sens inverse ou nous dépassaient à toute vitesse… même après 8 jours, ça restait assez impressionnant. Mais nous avons quand même réussi à rendre la voiture sans la moindre égratignure, yay !

Road trip en Irlande – Route irlandaise sous le brouillard
Ceci est donc une route nationale limitée à 100 km/h, tout est normal…

L’hébergement

Si vous aimez laisser de la place à l’imprévu, il n’est pas tellement difficile de se loger à l’improviste en Irlande. Le Bed & Breakfast est un concept très développé dans toutes les régions que nous avons visitées lors de nos deux voyages, on en croise absolument partout et il y a souvent des chambres libres, surtout si vous ne voyagez pas en haute saison. Pour ma part, j’avoue un petit côté « control freak » en voyage; j’aime que les choses soient bien planifiées, ça me libère l’esprit et je suis de bien meilleure humeur. Chacun son truc !

Nous avions réservé tous nos hébergements à l’avance, et donc prévu notre itinéraire plus ou moins précisément, en sachant que nos différentes étapes étaient relativement courtes et que nous pourrions sans problème adapter un peu notre programme en fonction de nos envies du moment – et surtout de la météo !

Comme nous n’aimons pas trop l’hôtel, nous avons choisi uniquement des B&B, chambres d’hôtes et autres hébergements chez des particuliers. Nous avons utilisé trois sites pour faire nos réservations:

  • B&B Ireland – Le site officiel des Bed & Breakfast irlandais (quand je vous disais que c’est un concept bien développé). Graphiquement le site n’est pas exceptionnel, je n’ai pas non plus été hyper enthousiasmée par l’ergonomie globale comparée à d’autres, mais ça reste anecdotique. On y trouve des B&B situés dans toute la République d’Irlande ainsi qu’en Irlande du Nord. Le prix pour une chambre double varie généralement entre 30 et 50€ par nuit et par personne, et le petit déjeuner est toujours inclus. Le site prélève 10% du montant de la location sur votre carte de crédit, et vous payez le solde directement aux hôtes avant votre départ.
  • Airbnb – Parce que voilà, j’adore Airbnb. On y a réservé des chambres individuelles chez des particuliers à Cork et à Dublin, ainsi qu’une chambre dans un B&B pour l’une de nos étapes sur le Ring of Kerry. Il ne s’agit d’ailleurs pas de la solution la plus pratique pour les B&B car les chambres d’un même établissement sont listées séparément, et qu’on a toujours le risque que l’hôte refuse notre demande même si le logement était libre dans le calendrier. J’apprécie en revanche le fait de pouvoir être en contact directement avec l’hôte. Le montant de la location est prélevé intégralement sur votre carte de crédit, et vous êtes remboursé en cas d’annulation (en fonction des modalités d’annulation de l’hébergement).
  • Bed & Breakfast Europe – Comme son nom l’indique, il s’agit d’un site spécialisé dans la réservation de bed & breakfast dans toute l’Europe. Le site a l’air d’être une filiale de Booking.com même si je n’ai pas trouvé ce point très clair (le mail de confirmation de réservation est envoyé par Booking, par contre je n’ai vu aucune mention sur le site en lui-même), on y retrouve donc plus ou moins les mêmes établissements, les commentaires d’utilisateurs, etc. J’ai toutefois trouvé le site bien plus ergonomique (et joli, mais ça c’est un problème de déformation professionnelle), et j’ai apprécié le fait qu’il n’y figure que des B&B et chambres d’hôtes. Comme avec Booking, un prépaiement est parfois requis, mais la plupart du temps le paiement s’effectue intégralement auprès de l’hôte.

A noter que certains logements sont référencés sur plusieurs de ces trois sites, et qu’ils n’indiquent pas toujours les mêmes disponibilités, si le type de chambre que vous souhaitez n’est pas libre via une plateforme ça peut valoir la peine de vérifier sur les autres – ou d’envoyer directement un e-mail aux propriétaires pour poser la question.

Autre point important concernant les réservations sur Internet: lorsque vous passez par un site intermédiaire tel que B&B Ireland ou Booking.com, il est toujours prudent d’envoyer un e-mail à l’établissement pour vous assurer que la réservation leur a bien été transmise. Notez aussi que les tarifs pratiqués par ces sites incluent le pourcentage de leur commission (10 à 15%), vous ferez donc des économies si vous contactez directement les Bed & Breakfast pour connaître leurs disponibilités et effectuer votre réservation.

Road trip en Irlande – Druid Cottage – Bed & Breakfast à Kenmare
Druid Cottage, notre très mignon B&B à Kenmare

Point météo

Difficile de parler de l’Irlande sans mentionner le temps qu’il y fait. Si vous avez l’image d’un pays humide dont les paysages jouent à cache-cache dans le brouillard, vous avez en partie raison. Ce n’est d’ailleurs pas pour rien que les paysages irlandais sont aussi verts et que la végétation y est aussi luxuriante: il y pleut en moyenne 250 jours par an. Mais surtout, l’Irlande étant une île, son climat est très, TRÈS, changeant. Il n’est pas inhabituel qu’averses apocalyptiques, soleil et brouillard se succèdent plusieurs fois au cours d’une même journée. Si vous partez en Irlande, mieux vaut donc penser à emporter dans votre valise chaussures et veste imperméables, ça sauvera probablement vos vacances – quelle que soit la saison ! Mais n’oubliez pas non plus les lunettes et la crème solaire, vous risquez d’en avoir besoin entre deux averses.

Ce qui m’amène à la question suivante: si vous vous demandez à quelle période de l’année il vaut mieux partir pour bénéficier de la meilleure météo, on ne va pas se mentir, c’est un peu la loterie. Nous sommes partis début mai et je pense qu’on a tout eu niveau météo: averses plus ou moins fortes, brouillard bien épais suivi d’un ciel parfaitement dégagé une demi-heure plus tard. A Cork, nous avons eu tellement froid que nous avons profité d’être en ville pour acheter des pulls. Quelques jours plus tard, nous avions trop chaud en tshirt. Nous avons même attrapé des coups de soleil (coucou c’est nous les petits vampires en vacances) ! En 2012 nous étions partis en juillet, et c’était exactement la même: plusieurs jours de pluie et de brouillard avec un thermomètre qui ne dépassait pas les 15 degrés (ça n’empêchait pas les Irlandais de courir en short sur la plage), suivis de presque une semaine de grand soleil et de températures beaucoup plus estivales. Il semble même qu’ils soit possible de passer une semaine en Irlande en avril et de n’y voir que du ciel bleu. Je sais, je ne vous aide pas du tout 😉

Personnellement, j’ai préféré l’Irlande au printemps qu’en plein été, lorsque j’y retournerai ça sera sûrement en mai, juin ou septembre. Il faut aussi savoir qu’en hiver, certains lieux touristiques sont fermés, mais que les températures descendent généralement moins bas qu’en Suisse et qu’il y a forcément beaucoup moins de touristes qu’en été.

Les Irlandais ♥ ♥ ♥

En partant pour ce deuxième voyage en Irlande, je craignais un peu d’avoir idéalisé certains aspects du premier, notamment l’impression d’extrême gentillesse que les Irlandais m’avait laissée. Et bien sur ce point-là en tout cas, je n’avais rien idéalisé du tout. C’était confirmé dès nos premiers contacts à Cork: les Irlandais sont des petits choupinous, souriants, chaleureux et vraiment très accueillants.

C’est peut-être un peu moins flagrant à Dublin qu’ailleurs (villes comprises, à Cork comme à Galway, les gens étaient adorables), mais on s’est vraiment sentis les bienvenus partout. Dans les boutiques, dans les cafés, même parfois dans la rue, les gens vous demandent d’où vous venez, si vous passez de belles vacances, si vous avez déjà vu tel ou tel endroit…

Dans les restaurants et les bars, vous avez toujours droit à un sourire, on vient vous demander en cours de repas si tout se passe bien, si vous voulez une nouvelle carafe d’eau (gratuite, pas comme en Suisse où on vous fait souvent payer l’eau plate). Dans les Bed & Breakfast, on vous accueille avec du thé et des biscuits (voire des scones maison), on vous donne plein de conseils sur ce qu’il faut voir dans la région. Tous nos hôtes, au cours de nos deux voyages, étaient des gens adorables et très à l’écoute, avec qui le dialogue s’établissait de manière hyper naturelle et qui étaient toujours disponibles pour nous donner des conseils et nous vanter la beauté de leur région (ah ça, j’ai l’impression que les Irlandais sont les premiers fans de leur pays). Pour moi qui ne suis pas d’un naturel très sociable, le contact avec les gens là-bas est d’une facilité et d’un naturel déconcertants. Raison de plus, d’ailleurs, pour loger dans des B&B plutôt qu’à l’hôtel !

Cartes et guides de voyage

Nous avons emmené plusieurs guides de l’Irlande avec nous, ils nous ont été bien utiles à la fois pour préparer le voyage que pour organiser nos journées une fois sur place:

  • National Geographic, Guide national de l’Irlande –  Il s’agit de mon guide préféré, je le trouve hyper complet, on avait utilisé principalement celui-là en 2012 et il nous a encore bien servi cette fois-ci. On y trouve une introduction sur l’histoire et la culture irlandaises, assez succinte mais intéressante pour comprendre certaines spécificités du pays. Le guide est ensuite divisé en grandes zones géographiques, et propose pour chacune aussi bien des incontournables touristiques que des parcours plus inhabituels qu’on ne retrouve pas forcément dans les autres livres. En plus, comme on peut s’en douter pour un bouquin édité par National Geographic, les photos sont sublimes.
  • Lonely Planet, Ireland’s best trips (en anglais) – Comme son titre l’indique, ce guide répertorie une trentaine d’itinéraires de voyages à effectuer en voiture, de 2 à 14 jours, dans tout le pays. Certains itinéraires sont organisés autour d’une thématique (monuments historiques, découvertes musicales, lacs, montagnes, activités familiales, …), d’autres proposent un aperçu rapide d’une région en quelques jours, ou au contraire le tour presque complet de l’île en deux semaines. Je pense qu’il y en a pour tous les goûts, et j’ai trouvé l’approche intéressante puisque l’Irlande est définitivement un pays qui se prête bien au road trip.
  • Lonely Planet, L’essentiel de l’Irlande – Un classique de Lonely Planet. On y trouve leurs habituelles adresses de restaurants / bars / hôtels / endroits à visiter, mais aussi des recommandations de balades et d’itinéraires, quelques explications culturelles ou concernant les transports publics. Rien de très original, mais ce bouquin offre un bon aperçu des endroits à visiter absolument en Irlande.
  • Lonely Planet, Dublin en quelques jours – J’aime bien cette collections de petits guides « en quelques jours », j’achète systématiquement ceux des villes que je visite. On y trouve une carte bien pratique, les incontournables de la ville, des recommandations d’adresses et d’activités classées par quartier. Très basique, mais utile à avoir dans son sac.

Manger végétarien en Irlande

Au pays du Irish Stew et du Fish & Chips, j’avoue que j’étais un peu inquiète sur les possibilités de manger végétarien pendant notre voyage. Le végétarisme nous a toutefois semblé plutôt bien intégré dans les villes: on a trouvé sans problèmes des restaurants végétariens à Cork et à Dublin, et je garde un merveilleux souvenir d’un petit café à Galway, où j’ai goûté du houmous pour la première fois de ma vie pendant notre voyage de 2012.

Dans les villages du Ring of Kerry, c’était en revanche un peu plus compliqué. Il faut dire qu’on se trouvait à côté de l’océan, dans des endroits où la pêche est une activité économique essentielle. Dans la plupart des restaurants où nous avons mangés, la viande et le poisson étaient d’ailleurs garantis d’origine irlandaise, voire régionale, ce qui n’était pas forcément le cas des légumes.

J’avais quand même repéré à l’avance quelques restaurants qui proposaient des options végétariennes, notamment grâce aux listes composées par le site The Irish Vegan, que j’ai trouvées vraiment très utiles. Et pour le reste, ça nous a parfois pris un peu de temps mais nous avons quand même toujours réussi à trouver un endroit où manger – souvent du risotto aux champignons ou des pâtes épinards & ricotta. Et il faut reconnaître que même quand le choix était très limité, c’était toujours très bon.

Et comme en huit jours nous avons eu l’occasion de tester pas mal d’adresses, je consacrerai bientôt un article à celles que nous avons préférées.

Road trip en Irlande – Quay Co-op Vegetarian Restaurant, Cork
Quay Co-op, un excellent restaurant végétarien à Cork

Voilà, j’espère que ce petit récapitulatif d’infos pratiques vous aura été utile ! Si vous avez des questions, ou des informations à ajouter, n’hésitez pas à m’en faire part dans les commentaires 🙂

Bon voyage !

Un commentaire

  1. Meyilo

    Répondre

    Je confirme qu’en avril il peut faire très beau en Irlande. J’y ai passé 10 jours il y a quelques années et nous n’avons pas eu une goutte de pluie.

    Pour la conduite à gauche, ce que j’ai trouvé le plus dur c’est de prendre les ronds points dans le bon sens. Je repense à ce pauvre Irlandais qui a dû avoir la frayeur de sa vie lorsqu’il m’a vu arriver face à lui en pleine nuit et dans le mauvais sens.

    Merci pour cette série d’articles qui m’a donné envie d’y retourner.

Laisser un commentaire

Les champs obligatoires sont indiqués avec une astérisque *

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

%d blogueurs aiment cette page :