Achats sans emballage à Bienne et Neuchâtel

Achats sans emballages: légumes, pain, pâtes, lentilles, épices

Voilà maintenant quelques années que j’ai commencé une démarche visant à réduire la quantité de déchets produits par notre petite famille de deux adultes et deux chats. Mon mari et moi avons toujours eu à cœur de recycler ce que nous pouvons et d’éviter le gaspillage, mais j’ai pris conscience que malgré ça, nous mettions – et mettons malheureusement encore – beaucoup de choses à la poubelle. Réduire nos déchets, ça passe par plein de petites stratégies et habitudes, qu’on essaie de mettre en place petit à petit dans notre quotidien, sans pour autant viser le fameux « zéro déchet » absolu.

La première chose sur laquelle j’essaie de travailler – et ça demande vraiment de la réflexion et du travail quand on a grandi dans notre merveilleuse société de surconsommation – c’est bien sûr d’acheter moins. Je réfléchis beaucoup plus avant d’effectuer un achat, surtout neuf, je me demande si c’est vraiment utile, si ça me fait vraiment plaisir, où si l’objet en question finira au fond d’un tiroir ou de la poubelle d’ici quelques mois. À ce sujet, je vous conseille la lecture de cet article du blog En vert et contre tout, à propos des soldes mais qui peut s’appliquer à notre soif de consommation en général.

Mais il y a évidemment des choses qu’il faut bien acheter de manière régulière, et en tête de liste: de la nourriture. De la nourriture qu’on nous vend en général bien emballée – et très souvent suremballée – dans du plastique, dans du carton, parfois les deux, on ne sait jamais, des fois que les tomates essaieraient de s’enfuir de leur étalage. Pour essayer de lutter un peu contre ces emballages souvent peu indispensables qui remplissent nos poubelles à toute vitesse et représentent une inquiétante source de pollution, j’ai pris l’habitude d’acheter le plus souvent possible des aliments – ainsi que des produits d’hygiène et qui servent au ménage – en vrac, à la coupe ou dans des contenant consignés.

Si vous doutez du bien fondé de cette démarche, ou que vous ne comprenez pas vraiment à quoi peuvent bien servir ces âneries, voici quelques uns des avantages qu’on peut constater aux achats sans emballages:

  • Moins d’emballages = moins de déchets à traiter. En Suisse, nous avons la chance d’avoir un système de traitement des déchets plutôt efficace. Il n’empêche qu’au niveau européen, notre pays fait partie des plus gros producteur de déchets 1déchets ménagers, issus de l’industrie et de l’artisanat confondus. Environ la moitié de ces déchets est recyclée; le reste finit à l’incinérateur 2, ce qui produit certes une petite quantité d’énergie, mais est également source d’émissions de CO2 et autres gaz à effet de serre 3 4. Moins on remplit nos poubelles, moins on contribue à cette source de pollution; c’est un avantage aussi bien pour la planète que pour nos portemonnaies. Et je sais pas vous, mais si je peux éviter de dépenser l’argent pour des sacs poubelles, ça me va très bien.
  • Moins d’emballages = moins d’emballages à produire. On n’y pense pas forcément (en tout cas personnellement, c’est quelque chose dont j’ai pris conscience assez récemment), mais tout emballage, peu importe sa matière, a dû être produit. Cela a un coût énergétique et en ressources naturelles pas toujours renouvelables (sable, bois, pétrole, etc), et nécessite également de grandes quantifiés d’eau, du carburant pour acheminer les matières premières. Sans compter l’énergie utilisée pour le processus de recyclage en lui-même. Tout ça pour des contenants dont la durée de vie reste très limitée.
  • Recycler c’est bien, réutiliser c’est encore mieux. Le site suisse de Greenpeace a publié il y a quelques jours cet article qui explique que le recyclage est une fausse solution au problème du plastique. En effet, même si on parvenait à traiter 100% des déchets en matières recyclables, ces objets doivent quand même être produits. De plus, si le verre peut être refondu un nombre de fois illimité (ce qui demeure un processus très gourmand en énergie: pour être refondu, le verre doit être chauffé à environ 1’600°C )5, ce n’est pas le cas du papier et encore moins du plastique, dont la qualité diminue à chaque recyclage. Acheter sans emballage représente donc un double avantage d’un point de vue environnemental: non seulement on ne fabrique pas de nouveaux contenants, mais c’est aussi l’occasion de réutiliser ceux déjà existants plutôt que de les mettre à la poubelle ou au recyclage.
  • On achète uniquement ce dont on a besoin. Ça vous est déjà arrivé de devoir acheter une petite quantité d’un ingrédient que vous n’avez pas l’habitude d’utiliser, juste pour une recette ? De le trouver uniquement conditionné en paquet de 500 grammes ou d’un kilo ? Et jeter le reste du paquet quatre ans plus tard (ou QUINZE ans plus tard, dans le cas d’une bouteille de vinaigre balsamique dénichée à Noël au fond d’un placard chez ma maman, autant vous dire qu’on a trouvé autre chose pour notre sauce à salade), car vous n’en avez plus jamais utilisé ? Quand on achète en vrac, s’il nous faut 100 grammes de lentilles pour une recette qu’on a envie de tester, on achète 100 grammes de lentilles et c’est tout. C’est d’autant plus avantageux avec les fruits ou les légumes: en achetant uniquement la quantité qu’on va consommer, on évite pas mal de gaspillage.

Le seul vrai inconvénient, c’est que renoncer aux emballages alimentaires, ou aux sacs en plastique vendus dans les magasins, ça demande un peu d’organisation. Mais une fois qu’on s’est habitué à préparer ses bocaux avant d’aller faire les courses, et à avoir toujours un petit sac en tissu au fond du sac à main, ça n’a franchement plus rien de compliqué.

Dans cet article, j’ai eu envie de partager quelques astuces et habitudes que j’ai adoptées au fil des années, ainsi que quelques adresses utiles à Neuchâtel et à Bienne.

Pour des bonnes adresses ailleurs en Suisse, je vous conseille l’annuaire du très chouette site ArboLife, sur lequel une rubrique est consacrée aux magasins où il est possible d’acheter des produits en vrac et à la coupe. Vous y trouverez également des magasins de seconde main, d’alimentation saine / bio, des restaurants végés, etc.

Au final, on ne changera probablement pas la face du monde juste en faisant nos courses, mais je suis convaincue que chacun de nos choix quotidiens en matière de consommation a son importance.

Fruits et légumes

Les fruits et légumes frais sont les produits les plus faciles à acheter sans emballage. Au marché, directement chez les producteurs ou dans les épiceries bio, ils sont toujours vendus en vrac, au poids. C’est également le cas dans les supermarchés, à l’exception des fruits et légumes bio qui sont presque toujours emballés dans du plastique.

Personnellement, il s’agit d’un des premiers pas que j’ai faits pour réduire mes déchets: il y a quatre ans, j’ai acheté quelques sacs et filets en tissu, que j’emporte toujours avec moi quand je vais faire mes courses. On peut en trouver dans les épiceries de vente en vrac ainsi que dans certains magasins de produits bios, par exemple ceux de la marque neuchâteloise Food Wear, en coton bio et produits en Suisse. Et pour les personnes un minimum douée en couture, fabriquer ses propres sacs et un bon moyen d’utiliser des chutes de tissu.

Achat de légumes en vrac
Oui j’ai fait ces photos il y a déjà plusieurs mois, en ce beau février on y verrait plutôt des poireaux, et des choux, et des choux, et sûrement quelques choux, ce qui serait beaucoup moins photogénique. Si vous saviez comme j’en ai marre de l’hiver…

Épiceries de vente en vrac

Ce type de petits magasins a mis pas mal de temps à arriver en Suisse, mais depuis deux ans ils fleurissent un peu partout dans la plupart des villes – en tout cas en Suisse romande, apparemment la Suisse allemande aurait plus de mal à s’y mettre. Il s’agit d’épiceries « à l’ancienne »: on vient avec ses propres contenants (bocaux, sacs, boites en plastique ou en métal, etc.), on les pèse, on les remplit, et on paie au poids en fonction de la quantité achetée. On y trouve principalement des produits alimentaires secs, stockés dans des silos en plastique ou des grands bocaux en verre, ainsi que des produits cosmétiques, d’hygiène et pour le ménage:

  • Céréales: flocons, farines, riz, pâtes, quinoa, boulgour, semoules, fécules, …
  • Légumineuses sèches: lentilles, pois chiches, haricots blancs et rouges, …
  • Fruits à coque: noix, noisettes, amandes, noix de cajou, noix de pécan, pignons, pistaches, …
  • Fruits secs
  • Pastilles de chocolat pâtissier, biscuits
  • Épices, herbes aromatiques, sucre, sel
  • Thés, tisanes, café en grain
  • Vinaigres et huiles alimentaires
  • Jus de fruits, sirops
  • Produits cosmétiques, produits d’hygiène lavables et produits ménagers (voir plus bas).
Vieille ville de Bienne – La Portion Magique, épicerie de vente en vracVieille ville de Bienne – La Portion Magique, épicerie de vente en vrac

À Bienne, deux épiceries sont spécialisées dans la vente de produits en vrac: La Portion Magique  – qui était la toute première épicerie « zéro déchet » du canton de Berne – et Chez Mamie, toutes deux situées à quelques pas l’une de l’autre dans la vieille ville. Si les deux épiceries proposent un assortiment similaire pour les produits alimentaires « de base » (céréales, pâtes, légumineuses sèches, fruits à coques, etc.), je les trouve très complémentaires pour d’autres types d’articles.

Juste à côté de La Portion Magique, la petite épicerie Batavia, spécialisée dans la vente d’aliments bio et locaux, propose également quelques produits en vrac: lentilles, céréales, mais surtout un beau choix de fruits et légumes bio et de saison.

À Neuchâtel, l’épicerie Go Vrac a ouvert l’année dernière dans le centre ville. On trouve également une enseigne de Chez Mamie dans la commune voisine de Corcelles, ainsi qu’un petit assortiment d’aliments en vrac (céréales, légumineuses, fruits secs et à coque) à l’épicerie bio L’Organic’ située en face de la gare de Neuchâtel.

Épicerie Go Vrac, Neuchâtel

Le haut du canton dispose également de deux épiceries où il est possible d’acheter des produits en vrac: Le Silo, à La Chaux-de-Fonds et L’Âme verte, une épicerie coopérative située au Locle.

La question des prix

Si vous avez plutôt l’habitude de faire vos courses alimentaires en supermarché, les prix dans ce genre de petits magasins peuvent sembler plus élevés – ils le sont effectivement pour certains produits, mais pas pour tous. Cela est dû en grande partie au choix des producteurs, souvent plus locaux que dans la grande distribution, mais aussi aux matières premières utilisées pour les produits cosmétiques, à la présence de labels bio et au fait que les supermarchés utilisent leur pouvoir économique pour tirer les prix vers le bas – au détriment des producteurs et souvent de la qualité des produits. Et si les céréales, lentilles ou fruits à coque qu’on trouve dans les épiceries de vente en vrac sont souvent plus chers qu’en supermarché, leur goût et leur qualité sont également bien supérieurs.

Il est aussi intéressant de constater que dans ce genre de magasins, on ne fait pas la promotion d’achats « superflus »: on n’essaiera par exemple pas de nous vendre 14 détergents différents pour le nettoyage et l’entretien du ménage. Quelques produits de base tels que bicarbonate de soude, savon noir, savon de Marseille et vinaigre blanc peuvent suffire à remplacer beaucoup de produits industriels. C’est à la fois écologique et économique. L’achat d’articles lavables et réutilisables permet aussi, à terme, de faire quelques économies: j’en fais personnellement l’expérience avec les lingettes démaquillantes que j’ai achetées il y a trois ans (un de mes premiers achats « zéro déchet »), grâce auxquelles j’ai déjà économisé une centaine de francs par rapport à l’achat de cotons démaquillants jetables.

Et pour les tous petits budgets, Go Vrac à Neuchâtel propose deux belles idées: un rabais de 10% pour les étudiants, mais surtout « Un bocal pour toi ! », un mur solidaire basé sur le principe du café suspendu. Les clients qui en ont les moyens peuvent ainsi payer à l’avance pour une certaine quantité d’un produit du magasin, dont une autre personne pourra ensuite bénéficier.

Produits cosmétiques et ménagers

La plupart des magasins spécialisés dans la vente en vrac proposent quelques produits cosmétiques et ménagers: savons à la coupe ou en paillette, shampoings solides, déodorant et dentifrice solides ou vendus dans des bocaux consignés et réutilisés, vinaigre de ménage, bicarbonate de soude, savon noir liquide, produits pour la lessive et la vaisselle, huiles cosmétiques, etc. On y trouve également des articles d’hygiène ou de ménage lavables qui permettent d’éviter ou de limiter les déchets: mouchoirs, lingettes démaquillantes ou pour les bébés, essuie-tout, coupes et serviettes menstruelles, emballages alimentaires en cire d’abeille, brosses à dents compostables, etc.

Au centre de Neuchâtel, à la boutique La Rose d’Eau, il est possible d’acheter des hydrolats et des huiles végétales cosmétiques, bio et d’excellente qualité, dans des bouteilles de 50 ou 100 ml qui peuvent être réutilisées la fois suivante – pensez juste à bien les laver avant de les faire reremplir. Il est également possible de faire recharger ses bouteilles de lessive liquide ou de détergent ménager.

À Bienne, les épiceries bio Phénix et Verse proposent également la recharge des bouteilles de lessive liquide.

Vieille ville de Bienne – La Portion Magique, épicerie de vente en vracShampooings solides, magasin Go Vrac, NeuchâtelÉpicerie Go Vrac, Neuchâtel

Pain et produits alimentaires frais

Un geste pas compliqué auquel on ne pense pas toujours: prendre un sac en tissu avec soi à la boulangerie pour transporter le pain qu’on y achète. On éviter ainsi un sachet en papier qui finira à la poubelle, et une fois entamé le pain se conserve très bien à l’intérieur du sac. Certaines marques proposent des sacs prévus exprès, personnellement j’utilise un simple « sac à vrac » en coton un peu épais.

Si vous consommez des produits laitiers, sachez qu’il est possible d’emmener vos propres boites dans les fromageries et de demander à y mettre directement vos achats plutôt que de les emballer dans du papier ou du plastique. Certains magasins vendent également du lait dans des bouteilles en verre consignées, ou des œufs à la pièce, que vous pouvez stocker dans votre propre petit carton récupéré (c’est le cas de la Coopérative des Halles à Neuchâtel, et de l’épicerie Batavia à Bienne). Et si vous consommez de la viande ou du poisson, vous pouvez aussi demander à utiliser vos propres boites dans les boucheries et poissonneries.

À Bienne comme à Neuchâtel, il est également possible d’acheter ces types d’aliments sans emballage sur les stands des marchés hebdomadaires.

Chocolats et pâtisseries

Dans les chocolateries, confiseries ou pâtisseries, certains articles sont venus à l’unité ou au poids: les truffes et autres petits fondants, certaines plaques de chocolat fines, et bien sûr les pâtisseries telles que mille-feuilles, tartelettes, croissants fourrés, etc. Dans ces commerces, pensez simplement à emporter une boite en plastique ou en métal pour les pâtisseries, ou un bocal pour les petits chocolat, et vous pourrez éviter boite en carton ou sachet en papier. Vous n’échapperez peut-être pas à un regard surpris dans les chocolateries un peu prout-prout « haut-de-gamme » où les vendeur·euses ne sont pas forcément encore habitué·es à cette démarche, mais ça vaut toujours le coup de poser la question.

On trouve également quelques douceurs dans les épiceries de vente en vrac: des biscuits, du chocolat en pépites ou en plaque non-emballée, mais aussi des caramels La Biennoiserie à La Portion Magique, des bonbons Chez Mamie à Bienne et à Corcelles, ou le très bon chocolat cru de la petite marque neuchâteloise Marmot’s Choc chez Go Vrac.

Assortiment de chocolat, magasin Go Vrac, Neuchâtel

Thé et tisanes en vrac

Dans les magasins spécialisés dans la vente de thé, tisanes et autres infusions de plantes en vrac, plutôt qu’acheter votre mélange préféré dans un sachet, vous pouvez prendre avec vous vos boites en métal vides et demander à les remplir directement.

Autre avantage: le thé se conserve mieux et bien plus longtemps dans des boites en métal que dans des emballages en papier ou en plastique.

Assortiment de thé en vrac, boutique Cordon Rouge, NeuchâtelTisanes bio, magasin Go Vrac, Neuchâtel

Nourriture et boissons à l’emporter

Si vous avez l’habitude de prendre des repas, un thé ou un café à l’emporter, pensez à demander dans vos take-away préférés s’il est possible de remplir votre propre récipient au lieu d’utiliser des boites et gobelets à usage unique. Quelques exemples à Neuchâtel:

  • À proximité de la gare, le take-away végane Eat.eco propose des plats servis dans des récipients consignés (10 CHF), et les clients sont encouragés à apporter leur propre contenant (rabais de 2 CHF sur le prix du plat).
  • Le take-away Le Paprika, au centre ville, vend de très bons plats indiens à emporter, et vous pouvez sans problème demander à remplir votre propre boite repas.
  • Pour un thé ou un café: chez Cordon Rouge, le petit magasin de thé situé juste à côté de la gare, ou encore chez Okapi Café dont je vous parlais le mois dernier.

Boites réutilisables reCIRCLE

En 2016, un chouette projet a vu le jour en Suisse: reCIRCLE, un système de contenants lavables et réutilisables destinés aux restaurateurs de vente à l’emporter. Le principe est très simple: au lieu d’acheter votre repas dans une boite en plastique ou en carton qui finira à la poubelle sitôt vidée de son contenu, on vous le sert dans une boite lavable, contre une consigne de 10 francs. Vous pouvez ensuite soit la ramener dans la demi-journée, soit un autre jour après l’avoir lavée, dans n’importe quel restaurant qui propose ce système. Ou alors vous pouvez faire comme moi, et garder votre boite pour la réutiliser chez vous ou la faire remplir à nouveau lors de votre passage suivant chez votre restaurateur préféré.

Les boites sont parfaitement étanches, prévues pour aller au lave-vaisselle et au micro-ondes, fabriquées dans des matériaux les plus sains possibles (même si ça reste du plastique) et recyclables. Et en plus de ça elles sont jolies ! 🙂

À Bienne, trois restaurants utilisent ce système: Nusu, Casa Miracoli et LadenBistro.

Actuellement, reCIRCLE reste beaucoup plus utilisé en Suisse alémanique qu’en Suisse romande, même si de plus en plus de restaurants s’ajoutent à la liste du côté d’Yverdon, Lausanne et Genève.

Depuis le mois de janvier 2017, même la Migros s’y est mise avec une variante verte (apparemment, le violet ça ne fait pas assez écolo pour les géants de la grande distribution 🙄 ) des boîtes reCIRCLE, disponibles contre une consigne de 5 francs dans la plupart de leurs restaurants et take away (la liste se trouve sur la page liée au-dessus). Ils offrent en plus un rabais de 10% sur les plats vendus dans une boite réutilisable (il semble qu’en fait il n’y ait pas de rabais, c’était peut-être juste une promotion au moment du lancement).


Et vous, quelles sont vos petites astuces et vos bonnes adresses pour essayer de limiter un peu les emballages alimentaires ? Vous avez des bons plans à partager ?

Sources et références

  1. La Suisse, pays des montagnes de déchets
  2. Comment la Suisse gère ses déchets
  3. Émissions de CO2 dues à la combustion des déchets dans les usines d’incinération des ordures ménagères
  4. Les effets de l’incinération des déchets sur la santé
  5. Recyclage du verre

2 commentaires

  1. Tina

    Répondre

    Encore une fois un excellent article avec de très belles photos. Mais « whaaaaat » ????? J’ai une boite recyclable verte de la Migros et ils ne m’ont jamais fais de rabais de 10% ! Grâce à toi je vais le réclamer la prochaines fois, merci 🙂

    1. Aline

      Répondre

      Alors écoute en tout cas quand ils ont lancé le truc l’année passée, ils faisaient ce rabais de 10% mais c’était peut-être juste au début pour la promotion… En plus c’est vrai qu’il ne disent rien à ce sujet sur la page de leur site :-/ Je l’enlève du coup, désolée pour la fausse joie ^^’ (mais si tu poses la question ça m’intéresserait de savoir)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser les balises HTML suivantes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>