Mes lectures de 2014

Lectures de 2014

Quand je me suis inscrite sur Goodreads il y a quoi, deux ans ? c’était avant tout pour tenter le challenge annuel que le site propose de se fixer. On choisit soi-même le nombre de livres qu’on veut lire pendant l’année, et la petite barre de progression se remplit au fur et à mesure qu’on ajoute nos lectures à notre bibliothèque virtuelle. Ça a un côté un peu ludique qui fonctionne en général assez bien avec moi, et je m’étais dit que ça serait un bon moyen de me pousser à recommencer à lire davantage.

Bon j’avoue, en 2013 je n’ai pas du tout réussi à lire les 13 livres de mon challenge, j’ai échoué à 10. J’ai donc décidé de retenter le coup en 2014, avec un but de 14 livres. J’ai augmenté ce nombre à 20 en cours d’année, et au final j’en ai lu 25, yay ! Ok je triche un peu quand même, sur les 25 il y a plusieurs BD lues en 2 heures, ainsi qu’une série de 7 épisodes, dont chacun est compté comme un livre indépendant sur le site. Mais dans tous les cas j’ai réussi mon challenge initial de 14 donc je suis déjà bien contente.

En 2014, je me suis remise à lire (presque) tous les soirs au moins 15-20 minutes quand je vais me coucher, et j’ai l’impression que ce moment sans écran que j’offre à mon cerveau lui fait le plus grand bien (sauf évidemment les soirs où il me reste juste quelques chapitres avant la fin d’un roman à suspense, hem…). J’essaie aussi de profiter davantage de mes 80 minutes de train quotidiennes, mais ça se révèle plus compliqué, matin ou soir, je finis presque toujours par m’endormir. Un dernier changement assez significatif dans mes habitudes de lecture: l’achat, fin 2013, de ma merveilleuse liseuse électronique, que j’ai énormément utilisée cette année.

Voici donc quelques mots à propos des bouquins qui m’ont le plus marquée cette année:

Tokyo

Tokyo Mo Hayder

Dans les années 90, une jeune anglaise surnommée Grey débarque à Tokyo sans un sous en poche, à la recherche d’un témoignage concernant un événement qui se serait produit en 1937 pendant le massacre de Nankin, un épisode particulièrement sordide de la guerre sino-japonaise.

Moi qui suis habituellement une lectrice plutôt lente, j’ai dévoré ce roman en quelques jours. On découvre un Tokyo sombre, souffrant de la crise économique, où les yakuzas agissent librement en toute impunité. L’atmosphère et l’intrigue sont à la fois très, très glauques et totalement fascinantes, plus j’approchais de la fin plus j’avais du mal à le lâcher et plus je grimaçais d’horreur.


Gillian Flynn – Les Apparences

Les Apparences Gillian Flynn

Début 2014, j’ai demandé à ma copine AL de me conseiller des romans policiers. C’est un genre de j’affectionnais quand j’étais adolescente – Agatha Christie, Mary Higgins Clark et Patricia Cornwell sont les auteurs que j’ai le plus lues entre 12 et 18 ans – et que j’avais un peu délaissé au profit de romans plus « sérieux » (oui je sais c’est idiot).

Les Apparences commence comme un polar classique: un couple en apparence heureux malgré les problèmes financiers; la disparition mystérieuse de la femme dans des circonstances suspectes; le mari soupçonné.

Je n’en dis pas plus pour ne rien spoiler, mais lisez-le ! Gillian Flynn tire un portrait très cynique des relations de couple et des mensonges plus ou moins anodins derrière lesquels on se cache pour essayer de correspondre aux attentes de son conjoint. C’est sombre et captivant, je me suis totalement laissée manipuler par l’auteur sans rien voir arriver.

De la même auteur, j’ai également lu Les lieux sombres que j’ai beaucoup aimé, et son troisième roman Sur ma peau figure en bonne place de ma « to-read list » de 2015.


Lola Lafon – La petite communiste qui ne souriait jamais

La petite communiste qui ne souriait jamais Lola Lafon

On change complètement de registre avec cette biographie romancée de la gymnaste roumaine Nadia Comăneci, qui a été la première à recevoir la note de 10 dans une épreuve de gymnastique aux Jeux Olympiques alors qu’elle avait à peine 14 ans.

J’ai lu ce bouquin par curiosité après que ma copine AL (qui est donc de très bon conseil) m’en ait fait l’éloge, sans penser qu’il me plairait autant: je ne connaissais pas du tout Nadia Comăneci et je n’éprouve pas de grand intérêt pour la gymnastique ou les milieux sportifs en général. Malgré ça, j’ai été happée par ce roman sans trop comprendre ce qui m’arrivait.

Déjà, c’est très bien écrit, vraiment. Le style de Lola Lafon est très fluide et agréable, ça se lit tout seul. Et surtout c’est très très intéressant. A travers l’histoire de Nadia, l’auteur aborde des thèmes tels que la souffrance que cache la perfection, les diktats imposés aux corps féminins, l’obsession de la jeunesse, et pose une réflexion très pertinente sur le communisme et le capitalisme.

Ils avaient constamment peur, c’est vrai, peur qu’on ne les entende dire des choses interdites, aujourd’hui, on peut tout dire, félicitations, seulement personne ne nous entend… Avant, on n’avait pas l’autorisation de sortir de Roumanie, mais aujourd’hui, personne n’a les moyens de quitter le pays… Ah, la censure politique est terminée, mais pas de soucis, elle a été remplacée par la censure économique.


Aude Picault – Transat

Transat Aude Picault

Aude est une jeune graphiste parisienne qui, à l’approche de la trentaine, est assaillie par les grands questionnements existentiels et ressent le besoin de redonner du sens à son quotidien. Lassée de son rythme métro-boulot-dodo, elle décide de partir pendant un mois pour une traversée de l’Atlantique à la voile.

J’ai acheté cette BD principalement pour le style graphique que je trouve magnifique, et même si je n’ai pas d’intérêt particulier pour le monde de la voile, j’ai été très touchée par le propos de l’auteur. Je me suis beaucoup retrouvée dans ses réflexions et ses interrogations, dans sa peur de faire les mauvais choix, de s’enfermer dans un train-train et de ne plus oser en sortir, de se perdre dans une existence dominée par l’ennui.

Et puis les dessins sont tellement, tellement beaux ♥

A 20 ans, le monde s’ouvre à toi… et à 30 tu prends conscience que réaliser l’être formidable qui se cache en toi est plus compliqué que prévu. Et finalement, on fait nos choix en fonction de ce que propose notre environnement, du contexte, de notre degré de conscience, des rencontres que l’on fait, de celles que l’on rate… Chaque choix dérive d’une multitude de non-choix.


Daniel Keyes – Des fleurs pour Algernon

Des fleurs pour Algernon Daniel Keyes

Charlie est un attardé mental d’une trentaine d’année qui se porte volontaire pour une opération cérébrale destinée à augmenter son QI. On suit son histoire au travers des rapports qu’il doit rédiger pour rendre compte de ses progrès, et c’est assez fascinant de voir ce garçon naïf et simple d’esprit prendre peu à peu conscience du monde qui l’entoure, de sa cruauté aussi, jusqu’à dépasser intellectuellement les scientifiques qui le considèrent comme un simple cobaye.

Je pense que tout le monde ou presque avait lu ce bouquin à part moi, il faisait partie de mes lacunes littéraires à combler et ça a été une très belle découverte. Je me suis beaucoup attachée à Charlie, j’ai aimé suivre son évolution, voir naître ses réflexions sur sa vie, sur les gens qui l’entourent, sur son humanité avant et après l’opération.


Ce que j’ai lu d’autre

  • Neverwhere de Neil Gaiman
  • La couleur des sentiments de Kathryn Stockett
  • Mille femmes blanches de Jim Fergus
  • Quand l’empereur était un dieu de Julie Otsuka
  • Nos étoiles contraires de John Green
  • La saison 1 des Foulards Rouges de Cécile Duquenne
  • L’appel du coucou de Robert Galbraith / J. K. Rowling
  • Y: le dernier homme – Volumes 1 & 2 de Brian K. Vaughan et Pia Guerra
  • L’Arabe du futur – Tome 1 de Riad Sattouf
  • L’éducation d’une fée de Didier Van Cauwelaert
  • Confession d’une fan de Jane Austen de Laurie Viera Rigler
  • Meurtres à Gramercy Park de Carol O’Connell

Et en 2015 ?

Pour 2015, je me suis fixé un nouveau challenge de 24 livres. 2 par mois, ça fait beaucoup, mais ça me semble réalisable. Surtout que j’ai déjà une belle petite « pile à lire ».

2 commentaires

  1. Charlie

    Répondre

    Bon j’ai bien pris note qu’il faut que je lise Tokyo et La petite communiste. 🙂

    Je suis contente que tu ais aimé Des fleurs pour Algernon, c’est l’un des premiers bouquins sur lesquels j’ai vraiment pleuré, et j’aime beaucoup la construction de l’ouvrage !

    1. Aline

      Répondre

      Ouiiii il faut les deux sont vraiment très très bien !

      Oui j’ai trouvé la construction de l’histoire vraiment intéressante, et c’est assez fou comme l’évolution du personnage est hyper crédible. Il y avait environ 1000 opportunités de tomber dans le gnian gnian et la surenchère, et ça n’arrive jamais, c’est brillant.

Laisser un commentaire

Les champs obligatoires sont indiqués avec une astérisque *

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

%d blogueurs aiment cette page :