Instantanés – Juillet et août 2015

Jardin botanique de Fribourg Happy dog Le rocher aux mouettes Jardin botanique de Neuchâtel Mon p'tit chat <3 Musée d'ethnographie de Genève

Après avoir passé une bonne partie de l’été à attendre impatiemment la fin du mois d’août, j’accueille septembre avec un certain soulagement. Ces deux mois n’ont pas été très reposants, j’ai un peu souffert de la canicule, vécu des moments lourds émotionnellement, et fini par enclencher le pilote automatique en attendant que ça passe. Ça s’est traduit par de nombreux week-ends enfermée à l’intérieur avec une série ou un bouquin, à ne pas faire grand chose de constructif – et soyons honnête ça fait un bien fou, même si je culpabilise toujours un peu… (mais ça m’a au moins permis de ratrapper un peu mon retard dans mon challenge Goodreads !)

Ceci n'est pas un vaisseau spatial – Jardin du CERN La culture de basilic Un accès aux utopies La courgette géante Campus Vitra Le parc du Laténium

Mais cet été, il y a aussi eu une belle journée à Fribourg, une à Genève, une autre à Basel, et deux à Zürich – il faut bien rentabiliser mon abonnement de train. On a cultivé du basilic sur le balcon, regardé le soleil se coucher sur le lac, encore et encore, et mon mari a fini par réussir à me convaincre de l’accompagner pour une sortie sur le petit voilier qu’il a acheté avec son frère le printemps dernier (j’ai trouvé ça moins flippant que prévu, j’ai même tiré sur des cordes pour manipuler des trucs dont j’ai oublié le nom, je suis fière de moi).

Et puis au bout du compte, ça y est, je suis enfin en vacances. Pour l’instant on en profite surtout pour faire des cartons, plein de cartons – tous ces cartons, c’est un peu Disneyland pour nos chats – en vue de notre déménagement qui s’annonce comme notre principale activité de ces deux prochains mois.

On en est au stade où on a l’impression qu’on ne s’en sortira jamais, où on se demande comment c’est possible d’avoir accumulé autant de choses en à peine quelques années. Notre appartement ressemble à un grand chantier, je trie, je donne, je découvre des tas de souvenirs que je ne me rappelais même pas avoir conservés (et au passage, quand je retrouve des tickets de cinéma vieux de cinq ans, des cailloux récoltés au bord du lac pour leur forme rigolote ou leur jolie couleur, etc., je comprends mieux d’où vient le bazar qui remplit nos étagères…)

Coucher de soleil sur le lac de Neuchâtel Z!urich Opernhaus Sortie en voilier sur le lac Retour au port Le lac noir Le lac noir

Laisser un commentaire

Les champs obligatoires sont indiqués avec une astérisque *

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

%d blogueurs aiment cette page :