Randonnée au Creux du Van

Vue depuis le cirque du Creux du Van

Le mois dernier, mon amie lyonnaise venait pour la première fois nous rendre visite dans notre nouveau chez-nous, en terre bernoise. Et malgré l’envie de lui faire découvrir ma nouvelle région, j’ai réalisé qu’il restait au moins une chose qu’elle n’avait jamais vue à Neuchâtel malgré le fait qu’elle y est venue presque une fois par année pendant sept ans: le Creux du Van.

Nous avons donc enfilé nos chaussures de rando pour cette belle balade que je n’avais moi-même pas faite depuis une quinzaine d’années.

La randonnée au Creux du Van est un incontournable du canton de Neuchâtel, que tout écolier de la région a probablement effectuée au moins une fois en course d’école. Il s’agit d’un immense cirque rocheux large de presque un kilomètre et demi, dont une partie de l’arrête marque la frontière avec le Canton de Vaud. Depuis le haut de ses falaises hautes de 160 mètres (oui ça donne carrément le vertige, surtout qu’on peut s’approcher vraiment jusque tout au bord, sans barrière pour nous séparer du vide), on profite d’une vue dégagée sur les reliefs jurassiens. En s’éloignant un peu, ce sont le lac de Neuchâtel et les préalpes bernoises – et même les Alpes si le temps est très dégagé, que l’on peut admirer.

Le Creux du Van est situé dans une réserve naturelle dont la flore et la faune sont protégées, il n’est pas rare d’y croiser des bouquetins pas bien craintifs qui vivent tranquillement leur vie à quelques mètres à peine des promeneurs (mais nous n’en avons pas eu la chance cette fois-ci).

Noiraigue, au bord de l'Areuse Le Creux du Van – Sentier des 14 contours

Nous arrivons avec le train à la petite gare de Noiraigue, un village du Val-de-Travers d’où partent deux des plus belles randonnées du canton de Neuchâtel: le Creux du Van et les Gorges de l’Areuse – avec de bonnes jambes, beaucoup de motivation et assez de temps à disposition, il est même possible d’enchaîner les deux.

La montée au Creux du Van peut s’effectuer par les deux côtés du cirque, soit via la métairie des Œillons puis le Sentier des 14 contours, soit par la Ferme Robert et le Sentier du Single.

Nous choisissons le premier itinéraire, et entamons une montée en pente douce et facile, dans la forêt, jusqu’aux Œillons. Nous nous y arrêtons un bref instant pour reposer nos jambes et je découvre qu’en plus d’une petite buvette, cette ferme abrite un refuge animalier associatif où vivent environ 200 animaux qui ont été sauvés de l’abattoir.

Le Creux du Van – Vue depuis le sentier des 14 contours Le Creux du Van – Sentier des 14 contours

Nous attaquons ensuite le fameux Sentier des 14 Contours, qui grimpe en zig-zag dans la forêt jusqu’au bord du Cirque du Creux du Van, et dont chaque virage est marqué d’un numéro qui nous permet de faire le décompte jusqu’à l’arrivée. La montée s’effectue toujours dans la forêt, sur un chemin caillouteux par vraiment raide mais parfois étroit. Et surtout, en cette fin de matinée de septembre, les pierres sont encore humides de rosée, ce qui les rend glissantes. Je monte donc très lentement et avec sans doute plus de prudence que nécessaire – en tout cas à en croire les autres randonneurs qui nous dépassent en crapahutant tels des jeunes chamois, il n’y a que moi qui ai un peu la trouille. Les trois premiers tronçons qui séparent les fameux contours numérotés me semblent d’ailleurs interminables, mais ils deviennent ensuite de plus en plus courts, et surtout la vue que l’on devine parfois entre deux arbres donne un aperçu encourageant de celle à laquelle nous aurons droit une fois parvenus au sommet.

Le Creux du Van – Vue depuis le sentier des 14 contours Le Creux du Van – Sentier des 14 contours Cirque du Creux du Van

Et alors effectivement, cette vue vaut bien l’effort de la montée. Après avoir dévoré notre pique-nique au bord du cirque, nous grimpons encore de quelques dizaines de mètres pour atteindre le Soliat, un sommet du massif du Jura qui culmine à 1’463 mètres d’altitude et constitue le point le plus haut de notre randonnée.

Cirque du Creux du Van Cirque du Creux du Van Le Creux du Van – Fleur sauvage

Pour la descente, nous décidons de ne pas repartir vers Noiraigue mais de descendre sur la côte opposée, en direction du lac. On se dit que la vue doit être superbe, mais en réalité nous ne l’apercevons que de manière occasionnelle, la plus grande partie du chemin que nous empruntons se trouvant à l’abri des arbres.

Forêt de Gorgier Balade dans la campagne neuchâteloise Forêt de Gorgier

Et puis soudain, nous émergeons de la forêt et la voilà, cette incroyable vue sur le lac de Neuchâtel que nous attendions avec impatience de pouvoir contempler. Pour moi qui ai toujours vécu tout au bord du lac, c’est très inhabituel de le voir de loin, il me semble plus grand et majestueux que jamais. Avec des pauses nombreuses et régulières pour admirer le paysage, nous terminons tranquillement la descente à travers les champs qui surplombent les villages de la région de la Béroche, jusqu’à la gare de Gorgier-St-Aubin où nous prenons le train pour retourner à Neuchâtel.

Vue sur le lac de Neuchâtel depuis les hauteurs de la Béroche Vue sur le lac de Neuchâtel depuis les hauteurs de la Béroche

Infos pratiques

On y va comment ?

En train jusqu’à Noiraigue (un train par heure depuis Neuchâtel), puis à pied en suivant les indications pour les Œillons, puis le Sentier des 14 Contours. On descend ensuite à l’intérieur du cirque, en suivant les indications pour la Grand Vy puis La Ferme Robert. L’itinéraire peut également être effectué dans l’autre sens, La Ferme Robert est également indiquée depuis la gare de Noiraigue.

En voiture: depuis le village de Couvet, par une petite route qui monte jusqu’au restaurant du Soliat où il est possible de se garer gratuitement.

Variante:Le Creux du Van est également accessible par un sentier qui traverse la forêt de la côte de Montalchez et celle du Devens, jusqu’à la gare de Gorgier-St-Aubin.

On mange où ?

Je conseille comme toujours le pique nique avec vue, mais il est aussi possible de manger au restaurant du Soliat qui propose différentes sortes de fondues et d’assiettes froides. Les différentes métairies présentes à la montée et à la descente – les Œillons, la Grand Vy et la Ferme Robert – proposent également quelques plats. Attention toutefois, ne vous attendez pas à y trouver beaucoup de choix végétarien, et encore moins végétalien: on est vraiment dans de la cuisine régionale et montagnarde, il y a de la viande et du fromage partout.

2 commentaires

  1. Cyrielle - The Wild Panda

    Répondre

    Quelle jolie rando, les paysages sont à couper le souffle.

  2. Patricia

    Répondre

    Quelles magnifiques randonnées avec des paysages tellement beaux . Un Grand Merci de votre partage

Laisser un commentaire

Les champs obligatoires sont indiqués avec une astérisque *

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

%d blogueurs aiment cette page :