Et malgré tout, le printemps

Prunus en fleurs au tout début du printemps

24 mars 2020. Confinement, jour 11. Pensées en vrac.

Je dis « confinement », mais en réalité les règles sont tellement molles et floues en Suisse que je ne sais pas si c’est le mot qui convient. Hier en début de soirée, je suis allée marcher un peu, histoire de prendre l’air et de me dégourdir les pattes après quatre jours sans mettre le nez dehors. Les rues de ma ville étaient presque désertes, la lumière des commerces et des restaurants éteinte. Quand on croisait quelqu’un, on faisait un large écart et on se saluait d’un coup d’œil nerveux. Mais ce matin, les travaux de rénovation qui se déroulent dans notre immeuble ont repris, comme si de rien n’était. Pendant que nous travaillons depuis la maison, nous entendons les ouvriers qui chantent et qui s’engueulent, quand ce n’est pas le bruit de la ponceuse ou de la perceuse. Ça nous fait râler, et on espère que les ouvriers qui sont contraints de venir ici tous les jours ne se mettent pas trop en danger.

Il y a 12 jours, on célébrait le mariage de ma sœur, en tout petit comité, et on se demandait si c’était bien raisonnable. C’était une merveilleuse journée, mais il flottait ce truc indéfinissable, cette menace encore peu tangible. La veille, j’étais au bureau, je suis allée boire un café l’après-midi avec un collègue mais on se saluait déjà tous de loin depuis le début de la semaine. J’ai compté les jours, après le mariage, et je suis soulagée que ma grand-maman se porte bien. Le lendemain, nous avons décidé de limiter radicalement nos sorties. C’était quelques jours avant la fermeture des restaurants, des cafés, d’une partie des commerces.

Mieux vaut en faire un peu trop que pas assez.

Prunus en fleurs au tout début du printemps

Au quotidien, le confinement ne change pas grand chose pour moi. Je suis casanière, je travaille déjà à la maison la plupart du temps, et pour l’instant mon activité n’est pas trop impactée (ça viendra sûrement plus tard, quand les mandats en cours seront terminés et qu’il n’y aura pas de nouveaux clients). Mais j’ai un mal fou à me concentrer, mon cerveau part dans tous les sens et ne s’arrête sur rien. Je passe probablement trop de temps à consulter des sites d’actualité et les réseaux sociaux. J’expérimente les douleurs menstruelles et les maux de tête sans ibuprofène, c’est pas super marrant. Quand je ne suis pas censée travailler, je voudrais peindre, lire, faire de la linogravure, du crochet ou du yoga, mes occupations habituelles pendant mon temps libre, mais ça non plus je n’y arrive pas vraiment. J’aimerais me rendre utile, mais il n’y a rien de concret que je puisse faire. Alors je cherche des trucs qui me réconfortent, des bons petits plats, les bras de mon amoureux, les chats qui ronronnent – eux d’ailleurs apprécient beaucoup d’avoir leurs humains à la maison toute la journée.

Je mesure ma chance, bien sûr, de pouvoir rester chez moi, de pouvoir y travailler, m’y reposer, de m’y sentir en sécurité. Pendant ce temps, chaque matin, ma maman va travailler dans un bureau de poste où les mesures nécessaires à assurer un minimum sa sécurité n’ont été mises en place que cette semaine. À son guichet, beaucoup de personnes âgées qui devraient rester chez elles et disent que quand l’heure est venue, l’heure est venue. Tant pis si au passage ils mettent en danger des personnes qui préféreraient que l’heure ne vienne pas tout de suite.

Je navigue entre l’anxiété et la colère, et souvent c’est la colère qui prend le dessus. Contre ceux et celles qui prennent encore tout ça à la légère, mais surtout contre l’état qui refuse d’imposer des mesures contraignantes mais nécessaires, parce qu’il faut préserver « l’économie » (pendant ce temps, les petits commerces, les indépendant·es, les artisan·es, sont déjà dans la merde et ça ne durera que plus longtemps, mais que voulez-vous continuer à fabriquer des pièces pour l’industrie horlogère et automobile c’est tellement vital), et contre ces entreprises dont les « conseils de crise » jouent avec la santé et la vie de leurs employé·es, estiment que la situation n’est pas encore assez grave, que les profits sont plus importants.

Au supermarché de mon quartier, ce matin, ça m’a rassurée de voir que les caissières étaient équipées de gants et protégées derrière une vitre en plexiglas. J’espère qu’elles se sentent un peu rassurées et protégées aussi. J’espère que c’est suffisant.

À la pharmacie, des rubans en plastique bloquaient l’accès à certains rayons, des panneaux informaient de la pénurie de masques et de gels hydroalcooliques. Quand j’ai donné l’ordonnance pour ma pilule contraceptive, on m’a fait remarqué qu’elle était échue – mais j’ai pu avoir ma pilule quand même, bien sûr, j’ai une bonne excuse pour repousser mon rendez-vous chez la gynéco. Ça m’a fait drôle qu’en ce moment, avec tout ce qui se passe, dans une pharmacie on remarque une ordonnance de pilule échue.

Je nous sens constamment tiraillé·es entre la sidération que crée cette crise et ces étranges rappels à la normalité. Cette normalité qui me semble aussi incongrue que réconfortante, en cette période où pas grand chose n’est normal. D’ailleurs, samedi soir on a prévu de manger de la pizza. Quoi de plus normal et banal qu’une pizza et un verre de vin rouge, le samedi soir ?

Pétales de fleurs de prunus tombées sur les feuilles d'un arbuste

Vendredi matin, en ouvrant les volets, j’ai remarqué que le prunus de la petite cour intérieure avait commencé à fleurir, que les premières feuilles apparaissaient même déjà. Cet arbre, j’observe sa transformation chaque année à cette période, les petites fleurs roses pâles qui se restent éclose que quelques jours avant de laisser la place aux feuilles rouge sombre. Je me suis rappelée que ce jour là, c’était le début du printemps. J’ai respiré un grand coup à la fenêtre, et suis allée regarder mes semis de tomates et de basilic dont les premières petites pousses commençaient à apparaître. Ça m’a rappelé que tout ça finira forcément par passer. Que dans quelques semaines, espérons-le, on profitera à nouveau des balades dans la nature, du temps avec nos proches. Qu’on appréciera ces moments-là peut-être un poil plus que d’habitude.

J’ai envie de croire qu’après, quand la vie reprendra son cours, on n’oubliera pas. Pas complètement en tout cas. Qu’on se souviendra à quel point les personnes qui ramassent nos poubelles, nettoient nos supermarchés et livrent nos colis sont indispensables. Tout comme celles qui travaillent dans les hôpitaux. Qu’on s’en souviendra aux prochaines votations, la prochaine fois qu’on devra choisir si on veut protéger à tout prix les salaires des CEO et les dividendes des actionnaires, si on veut attribuer de l’argent aux soins, à l’enseignement, aux personnes précaires. Que les caissières, le personnel d’entretien et les aides soignantes recevront les primes et les augmentations qu’elles méritent parce qu’on n’irait pas bien loin sans elles. Qu’on se souviendra combien c’est fatiguant, de s’occuper d’un enfant, ou deux ou trois, toute la journée. Imaginez tous les jours, toute l’année. Imaginez s’il y en a 20 au lieu d’un, deux ou trois.

J’aimerais qu’on apprenne quelque chose de la catastrophe qu’on est en train de vivre, individuellement et en tant que société.

En attendant, parce qu’il n’y a rien de vraiment utile que je puisse faire, je vais continuer de regarder pousser mes plants de tomates – qui, dans deux mois espérons-le, garniront les balcons de toute ma famille.

J’espère que vous vous portez aussi bien que possible, physiquement, moralement, mentalement ♥︎

Jeunes pousses de tomates et de basilic Pousses de basilic pourpre

5 commentaires

  1. Virginie

    Répondre

    100% d’accord avec chacun de tes mots!
    Prends soin de toi, je te fais un gros câlin à distance (en attendant de le pouvoir pour de vrai ;-))
    Bisous
    Virginie

  2. Aline

    Répondre

    Merci pour ton petit mot Virginie <3 Un gros câlin à toi, et vivement qu'on puisse retourner manger au Farel !

  3. Irène (La Nébuleuse)

    Répondre

    Le printemps sauve vraiment mon moral, même en n’en profitant pas autant que je voudrais !
    Je suis l’évolution des arbres et fleurs de mon quartier, et je regrette de ne pas avoir de quoi
    agrémenter davantage mon balcon.

    Je travaille en Suisse habituellement mais là, on est en télétravail depuis le 16 mars. Les collègues
    suisses me disent aussi que le confinement est bien plus souple qu’en France

    1. Aline

      Répondre

      Oui les règles de confinement ont été – et sont toujours – beaucoup plus souples ici.

      Je ne sais pas quoi en penser honnêtement. D’un côté ça a l’air de fonctionner, l’épidémie semble en perte de vitesse, espérons que ça continue malgré le début du « dé-confinement » la semaine prochaine (réouverture de certains commerces fermés et des services de soins à la personne, dont les salons de coiffure) (personnellement il va encore falloir un moment avant que je me sente en sécurité à moins de 2 mètres d’un autre être humain, la coiffeuse ça sera vraiment pas pour tout de suite…).

      D’un autre côté j’ai l’impression que la trop grande liberté d’interprétation des règles et des recommandations émises n’a pas aidé certaines personnes à prendre la mesure de l’urgence sanitaire, surtout dans les cantons les moins touchés (en Suisse Allemande on est par exemple relativement épargnés comparé à l’ouest et au sud du pays). Du coup, dans le canton de Neuchâtel, l’accès aux deux principaux sites de randonnées ont dû être bloqués le week-end de Pâques, à cause du monde qui s’y promenait le week-end précédent. Et ma maman qui travaille à la Poste a régulièrement droit à des remarques moqueuses de clients qui trouvent que les mesures de protection mises en place sont exagérées.

      Je suis l’évolution des arbres et fleurs de mon quartier, et je regrette de ne pas avoir de quoi
      agrémenter davantage mon balcon.

      J’ai l’impression de n’avoir jamais été aussi consciente de l’évolution quotidienne de la végétation de mon quartier que ces dernières semaines ! Et je suis privée de balcon depuis aujourd’hui à cause des travaux, ça me manque déjà, je mesure vraiment la chance qu’on a d’avoir ce petit espace à l’extérieur.

  4. Nuits

    Répondre

    Tu décris bien ce flottement qui vient nous habiter peu à peu

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser les balises HTML suivantes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>