Le meilleur de 2016 ♥

La mer de brouillard depuis les crêtes du Jura Le coucher de soleil sur le lac de Bienne

Je reviens par ici un peu sur la pointe des pieds, après une pause qui n’était pas du tout planifiée mais qui s’est avérée plus que nécessaire. J’ai terminé l’année avec un bonne dose de fatigue et de stress, et c’est avec un programme à base de siestes et de crochet devant Gilmore Girls que je commence 2017. Une fois encore, j’ai passé la soirée du 31 décembre tout tranquillement à la maison, en amoureux, avec un bon repas, du très bon vin et Star Wars projeté sur le mur du salon, c’était parfait.

À ma toute petite échelle personnelle, 2016 a été une année plutôt chouette, intense, souvent fatigante, mais dans l’ensemble très positive. Pour ce premier article de 2017 j’avais envie de revenir un peu sur les événements, les grands comme les tous petits, qui ont marqué ces douze derniers mois.

(la plupart des photos suivantes contiennent un lien, cliquez dessus pour lire l’article concerné 🙂 )

The Gap of Dunloe – Ring of Kerry, IrlandeDerrynane Beach, Caherdaniel – Ring of Kerry
Oranienstraße – Berlin, KreuzbergKaffeeRaum – Berlin, Prenzlauer BergBerliner Fernsehturm
Parc National Suisse, GrisonsLes chutes du Rhin et le Château de Laufen

Un beau voyage et de chouettes escapades

Parmi les plus beaux souvenirs que je garderai de 2016, il y a ce voyage en Irlande que j’ai fait avec mon mari en mai, presque 4 ans après un premier voyage qui m’avait valu de tomber profondément amoureuse de ce magnifique pays. Ce road trip d’une semaine dans le sud ouest du pays à confirmé le coup de cœur ressenti en 2012. J’en ai beaucoup parlé ici, d’une manière générale j’ai tendance à être un peu intarissable lorsqu’on me lance sur le sujet. Et il est déjà sûr et certain que nous y retournerons. ♥

En octobre je suis également partie quelques jours à Berlin. C’était ma première visite là-bas, et même si les très grandes villes ne sont définitivement pas ce que je préfère j’ai trouvé Berlin intéressante, vivante et pleine de diversité, et j’ai aimé l’ambiance qui y régnait. J’ai aussi trouvé les Berlinois très accueillants, pour moi qui déteste avoir le sentiment de déranger, c’est quelque chose que j’apprécie beaucoup lorsque je visite un endroit. Et quel bonheur pour mes oreilles d’entendre du bel allemand !

Et entre deux, il y a eu plein d’escapades plus ou moins longues en Suisse et plus particulièrement dans ma région. Je suis convaincue depuis longtemps que voyager loin c’est chouette, mais prendre le temps d’explorer la région et le pays où on vit ça l’est au moins tout autant. Et au printemps dernier, j’ai décidé de mettre la théorie en pratique. Pendant l’été et le début de l’automne, j’ai donc fait pas mal de balades et de randonnées autour de chez moi, parfois en famille, parfois en amoureux, ou avec mes amies françaises à qui j’aime toujours faire découvrir mon joli pays.

Bienne, déambulations dans la vieille ville
Laténium – Parc et musée d'archéologie de Neuchâtel – Rives du lac Promenade sur l'Île Saint-Pierre, le Cloître

Un an complet de végétarisme

En 2015, j’avais réduit progressivement ma consommation de viande et de poisson, jusqu’à ne plus en manger du tout à partir d’octobre. 2016 a donc été ma première année entièrement végétarienne – à une unique exception près, j’avoue avoir craqué pour un plat de poisson pendant notre voyage en Irlande.

Tofu caramélisé, haricots à l'ail et riz complet Galette de pois chiches et salade Potimarron rôti au four, lentilles vertes à l'ail et au citron, salade de doucette Riz complet de Camargue, brocoli, samosas aux légumes et croquettes aux pois chiches et pignons de pin Galette de polenta et émincé de champignons de Paris au paprika

Avant de devenir végétarienne pour de bon, j’avais quand même pas mal de craintes: arriverais-je vraiment à me passer des bonnes lasagnes à la bolognaise, mon plat préféré de tous les temps ? Des tomates farcies à la viande hachée ? Des sushis au saumon ? Et au final non seulement je m’en suis passée sans peine pendant toute cette année, mais ces plats que j’adorais me font de moins en moins envie. Au fil des mois, j’ai découvert des tas d’alternatives végé tout aussi bonnes – voire meilleures ! Comme j’essaie de privilégier les fruits et légumes locaux et de saisons, je me rends compte que mon alimentation est devenue plus variée. Par exemple, les lasagnes: je les cuisinais d’une seule façon auparavant, de manière très traditionnelle, les mêmes lasagnes toute l’année; ces derniers mois, j’ai testé trois recettes différentes, en fonction des légumes disponibles. Avant d’être végétarienne, j’avais peur que cette alimentation soit pleine de privations et que je me retrouve à manger toujours les trois mêmes trucs, mais pour moi c’est l’exact contraire qui s’est produit. Ça m’a obligée à sortir de mes habitudes alimentaires, à chercher et à imaginer de nouvelles recettes, à être plus créative et surtout à outrepasser mes à priori – du style « j’aime pas les lentilles ». Si je dois tirer un bilan de cette année complète de végétarisme, je dirais même que je n’avais probablement jamais mangé de manière aussi variée et intéressante.

Je me pose à présent la question de continuer ma démarche vers l’étape suivante, qui serait de supprimer progressivement de mon alimentation les produits laitiers et les œufs. Je vous parlerai d’ailleurs bientôt des deux expériences de semaines 100% végétaliennes que j’ai faites en 2016.

Curry végétalien au tofu et à la courge Légumes poêlés à l'orientale, riz basmatti et escalopes de tofu grillées Assiette de falafels, boulettes de légumes et salade orientale
Tomates farcies végétaliennes aux courgettes et lentilles corail

Des hobbies créatifs

Ça faisait déjà un moment que j’avais envie de réintégrer des activités créatives dans mes loisirs, et plus particulièrement des activités qui n’impliquent pas d’avoir le nez collé derrière l’écran de mon ordinateur. À une époque, disons jusqu’à la fin du lycée (donc oui ça date) je dessinais beaucoup. Et puis l’école d’art est passée par là (enfin c’est plutôt moi qui suis passée par l’école d’art), j’ai perdu toute confiance dans mes capacités en dessin et je n’ai jamais réussi à m’y remettre. J’en aurais envie, pourtant, mais on ne va pas se mentir, devoir réapprendre le peu que je maîtrisais me démotive d’avance.

J’ai donc plutôt envie d’explorer de nouvelles formes de création: c’est comme ça qu’en 2016, je me suis enfin mise à l’apprentissage du lettrage manuscrit, une pratique qui m’intéressait depuis pas mal de temps. Ça s’est fait un peu par hasard au final, avec l’achat de beaux feutres pinceaux destiné, au départ, à une toute autre utilisation. Quand j’ai vu sur internet qu’ils étaient très utilisés pour de la calligraphie, j’ai décidé de me lancer. Je suis encore très débutante et maladroite, mais ça m’amuse bien et c’est un excellent prétexte pour jouer avec de jolies couleurs.

Dans un tout autre style, j’ai réalisé plusieurs petits personnages au crochet, pour les nombreux bébés qui débarquent dans mon entourage mais aussi pour des membres tout à fait adultes de ma famille 😉 J’avais commencé le crochet en 2015, c’est un loisirs qui me détend, et je trouve très gratifiant de fabriquer quelque chose à partir d’une pelote de fil.

En 2016, j’ai aussi participé au NaNoWriMo, ce challenge un peu foufou dont le but est de rédiger un roman de 50’000 mots pendant le mois de novembre. C’était ma deuxième année consécutive, et comme l’année dernière, je ne visais pas les 50’000: je m’étais mis un objectif personnel à 20’000 (que j’avais réussi à atteindre en 2015) et surtout je voulais m’obliger à écrire un peu tous les jours, même si c’était juste 100 mots. Ça a bien marché pendant les 2 premières semaines de novembre, j’ai même démarré très fort avec 2000 mots rien que le premier jour, et 10’000 atteints le 9. Malheureusement, j’ai peu à peu perdu le rythme et surtout la motivation, et j’ai arrêté le 21, à 17’381 mots. Mais même si je n’ai pas réussi à remplir mes objectifs, ça reste 17’000 mots d’une histoire qui n’existait pas du tout un mois auparavant, et je compte bien m’y remettre dès que l’inspiration sera revenue.

Les après-midi de vacances: crocheter un doudou en regardant Gilmore Girls George, la petite licorne crochetée

Des (gros) changements professionnels

Il y a un peu plus d’un an, j’ai été licenciée de mon dernier emploi salarié et j’ai décidé de profiter de mes premiers mois de chômage pour réfléchir à ce que je voulais vraiment pour la suite. Depuis 2008, j’avais été employée de trois entreprises très différentes dans lesquelles j’ai eu des expériences très variées – certaines très positives et enrichissantes, d’autres, heu… beaucoup moins – mais qui m’ont amenée à une conclusion commune: l’envie, si ce n’est le besoin, d’être mon propre patron.

J’ai eu une chance immense, lors de mon inscription à l’office de chômage de Bienne: on m’a assigné un conseiller en or, qui m’a encouragée à me lancer sans pour autant me mettre la pression (quiconque a déjà été confronté à un conseiller d’un office de chômage sait qu’il s’agit rarement d’une expérience très positive…). En juin, j’ai pu bénéficier d’un cours de trois semaines qui couvrait les grandes lignes des trucs à savoir pour créer et gérer une entreprise: finance, droit, communication, assurances, … Trois semaines intenses, pleines de remises en question, de gros gros doutes, j’avoue avoir même quitté une fois la salle pour aller pleurer un coup aux toilettes. Mais j’ai surtout appris énormément, et pas seulement dans les aspects « pratiques » de la création d’un projet ou d’une entreprise. J’ai notamment pris conscience que si vraiment je ne veux pas faire un truc – une 250e présentation de mon projet en 10 jours, un mandat pour un client trop pénible – dans le fond rien ne m’y oblige. Je ne suis plus à l’école, je n’ai pas de patron à qui rendre des comptes, et c’est d’ailleurs pour moi un des intérêts d’être à mon compte: je n’ai plus besoin d’assumer les mauvaises décisions des autres, seulement les miennes.

Au fil des mois, j’ai développé un peu mon réseau professionnel, j’ai démarré de chouettes projets avec de chouettes clients, et début novembre, pile poil pour mon anniversaire, j’ai quitté le chômage et je me suis lancée pour de bon. C’est encore assez irrégulier, il me reste un paquet de questions à résoudre qui me tiennent souvent éveillée la nuit, et surtout il faut que j’apprenne à mieux gérer mon temps et surtout à mieux m’organiser. Mais dans l’ensemble, malgré les doutes récurrents et l’envie, parfois, de tout envoyer balader je suis convaincue qu’il s’agit d’une des meilleures décisions professionnelles que j’ai prises, et que pour l’instant le status de freelance est celui qui me convient le mieux.

Et pour 2017 ?

Je n’ai pas du tout l’habitude de prendre de « bonnes résolutions » en début d’année, mais ça ne m’empêche pas d’aimer me fixer des objectifs, des buts que je souhaite atteindre ou des points sur lesquels j’ai envie de travailler. Ils évoluent toujours en cours d’année, ce qui est bien normal, mais ça me donne une sorte de ligne directrice et ça m’aide à me recadrer quand je commence à m’éparpiller dans tous les sens.

  • Sur le plan professionnel, je vais consacrer les prochains mois au développement de mon activité freelance et d’un second projet dont j’espère venir vous parler dans pas trop longtemps 🙂
  • Faire un peu de sport. Ce n’est pas une idée nouvelle, même si jusque là ça n’a jamais été une grande réussite, mais je commence à en ressentir vraiment l’envie, et peut-être bien le besoin (et je suis bien la première surprise de dire ça). Pour me défouler et évacuer le stress, mais aussi parce que j’en ai un peu marre d’être essoufflée comme si j’avais fait un 10 km à chaque fois que je cours 200 mètres pour ne pas rater mon train. J’ai actuellement un mode de vie très sédentaire, et je pense que ça ne me fera pas de mal de prendre l’habitude de me bouger un peu plus.
  • Continuer à manger de plus en plus souvent végétalien, surtout dans les repas qu’on cuisine à la maison parce que c’est le plus facile (et que bon c’est aussi là que je mange le plus souvent). Continuer aussi à expliquer ma démarche vers une alimentation plus respectueuse de la planète, des gens et des animaux, et essayer d’amener les personnes de mon entourage à se questionner sur leurs propres habitudes alimentaires.
  • Profiter du prochain Camp NaNoWriMo pour reprendre mon histoire commencée en novembre.
  • Faire davantage de photos « pour moi », juste par plaisir, sans que ça soit motivé par la nécessité d’illustrer un article pour le blog. Comme j’ai toujours mon smartphone dans la poche, je n’ai pas l’habitude d’emmener mon appareil photo avec moi au quotidien. Ce qui est dommage car pour moi la démarche n’est jamais tout à fait la même selon je capture une image avec mon téléphone ou avec un vrai appareil photo.
  • M’inscrire à des cours de lettering en ligne (ici et ) et m’entraîner à faire de belles compositions au lieu de juste aligner les mots calligraphiés.
  • Lire 24 livres.
  • Et surtout, savoir profiter pleinement des tous petits moments de bonheur du quotidien: l’odeur du café qui se répand dans l’appartement le dimanche matin, les balades en amoureux au bord du lac juste avant le coucher du soleil, mon petit chat choupi qui réclame des câlins sur mon bureau, les grasses matinées, les crêpes avec ma grand-maman, les goûters avec ma cousine, tous les jolis moments passés avec mes proches…

***

Quels que soient vos buts et vos envies pour 2017, je vous souhaite que cette année soit merveilleuse, remplie d’amour, de douceur, de joie et de bienveillance. Et surtout prenez soin de vous. ♥

5 commentaires

  1. Charlie

    Répondre

    J’aime beaucoup ce récap !!

    Une très bonne année 2017 à vous deux

  2. Charlie

    Répondre

    (il y avait un petit coeur pour finir la phrase mais il n’est pas passé, tristesse, en voici un autre ^^) <3

    1. Aline

      Répondre

      Une très belle année et des bisous et des cœurs à vous deux aussi <3 <3

  3. kReEsTaL

    Répondre

    Salut Aline !

    Merci pour ce récap’, que j’ai apprécié !

    Figure-toi que je suis exactement dans la situation pro que tu décris… Des années de salariat, des hauts et des bas, et puis paf un licenciement économique et une période de non travail ma foi fort enrichissante.

    Que faire ensuite ? Comme toi, l’entrepreneuriat me fait de l’œil. J’y pense depuis des années, et je me dis que maintenant c’est le bon moment pour y réfléchir.

    En tout cas ça m’a rassurée de lire un cheminement un peu similaire, et surtout que tu sembles être très heureuse de ta décision !

    J’ai découvert ton blog il y a quelques mois à peine, et je suis très contente de m’y être abonnée. Au plaisir de lire tes prochains articles 🙂

    1. Aline

      Répondre

      Merci beaucoup pour ton commentaire 🙂

      Pour l’instant je suis en effet très contente de ma décision ! J’avoue qu’au bout de quelques années de salariat, je n’en pouvais juste plus d’assumer les décisions idiotes de mes différents patrons et j’avais vraiment envie de pouvoir choisir mes clients, de travailler sur des projets qui me correspondent.

      J’ai dû un peu attendre que la période s’y prête (pendant les études de mon mari, c’était pas exactement l’idéal), mais là même si c’est parfois un peu flippant (et qu’il faut faire de la compta ^^’) je ne regrette pas du tout. Surtout que bon, au pire si ça ne marche pas, ça sera toujours possible de retourner à un job salarié. C’est très enrichissant professionnellement, je bosse sur des projets hyper différents de ceux qu’on avait en agence, j’apprends plein de trucs.

      Si tu décides de te lancer, j’espère que ça sera une expérience aussi positive pour toi qu’elle l’est pour moi 🙂

      (et du coup je découvre ton nouveau blog, j’ai hâte de te suivre là-bas !)

Laisser un commentaire

Les champs obligatoires sont indiqués avec une astérisque *

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

%d blogueurs aiment cette page :