En vrac – Printemps 2021

Printemps 2021 – Jonquilles en tout début de floraison

Je prends enfin le temps de partager mes petites tranches de vie du printemps dernier, alors que l’été tire déjà – enfin – à sa fin et que les souvenirs s’estompent un peu.

À cette impression de flou, s’ajoute la difficulté de reprendre la plume après une période plus ou moins longue loin du blog, d’autant plus en ce moment où ma motivation semble à nouveau s’être égarée dans une interminable partie de cache-cache.

Ce billet s’annonce donc un peu décousu, mais il y aura plein de photos de petites fleurs.

Merci d’avance pour votre indulgence ♥︎

Fleurs au tout début du printemps Fleurs au tout début du printemps Fleurs au tout début du printemps
Branches d'un prunus recouvertes de fleurs rose pâle

Comme chaque printemps, j’ai donc photographié beaucoup – beaucoup – de petites fleurs; celles du prunus de nos voisins et du cerisier de ma grand-maman; celles des parcs et des places de ma ville, qu’elles soient plantées là par des humains ou qu’elles se fraient par leurs propres moyens un chemin au milieu du béton; celles qui qui émergent parmi la végétation des sous-bois.

Je ne m’en lasse jamais, observer la nature qui s’éveille à la sortie de l’hiver fait toujours partie de mes plus grandes joies. Et cette année peut-être un peu plus qu’une autre, après avoir passé plusieurs semaines coincée chez moi par les douleurs liées à mon orteil cassé en janvier. Le retour des jours plus lumineux et le fait de pouvoir recommencer à sortir m’a donné l’impression de revivre (je sais que j’ai l’air d’en faire des caisses avec cette histoire d’orteil, je ne soupçonnais à vrai dire pas moi-même qu’une blessure si bête et anodine aurait un tel effet négatif sur ma santé mentale).

Petites fleurs printanières Petites fleurs printanières Façade d'une maison recouverte de glycine en fleurs
Deux bouleaux, un banc et des pâquerettes dans un petit parc de Bienne Parterre de pâquerettes sur les bords d'un petit cours d'eau Vue sur le lac de Bienne depuis le Pavillon

En mars-avril, quand il faisait encore beau mais frais, nous nous sommes parfois offert une longue pause dans nos journées de télétravail pour casser la routine, passer à la boulangerie, et combiner notre repas de midi avec une longue promenade.

Et puis, le vendredi soir, profiter des soirées qui s’allongent pour préparer un pique-nique, ou passer chercher un burger végétalien, et aller déguster notre repas au bord du lac, presque les pieds dans l’eau.

Les derniers rayons de lumière du jour au-dessus du lac de Bienne
Fin de journée au bord du lac
Fin de journée au bord du lac
Fin de journée au bord du lac
Burger végétalien dégusté au bord du lac de Bienne
Fin de journée au bord du lac
Fin de journée au bord du lac

Le retour d’un de nos petits rituels préférés: les petits déjeuners du samedi à la vieille ville, sous une forme un peu différente à avant la pandémie, mais écoutez c’est très bien aussi et à ce stade n’importe quel semblant de « normalité » me semble miraculeux – et alors ces croissants au chocolat végétaliens, quelles merveilles.

Croissants au chocolat et cappuccino végétaliens savourés dans la vieille ville

Un soir, à la nuit tombée, nous partons explorer les alentours du lac de Bienne où était organisée une exposition d’art contemporain lumineux. J’ai réalisé qu’il s’agissait de ma première activité culturelle depuis plus d’un an, et je crois que je ne me rendais pas bien compte à quel point ça me manquait.

Flair Expo – Exposition d'art lumineux sur les rives du lac de Bienne

C’était tantôt poétique, tantôt drôle, tantôt incompréhensible à moins de lire la note d’intention de quatre pages des artistes – et encore. Je garde ce vieux réflexe 100% nul de mes cours en école d’arts, qui me pousse à toujours chercher le concept alambiqué derrière toute œuvre un peu contemporaine. Toutes ces années après, ça me demande un certain effort d’apprendre à arrêter de vouloir tout comprendre et analyser, et de réussir à juste apprécier une œuvre pour son esthétisme, les émotions et les réflexions qu’elle provoque.

Parfois, ça n’a rien à voir avec l’intention de l’artiste, et c’est ok.

Parfois on passe à côté d’un truc de génie, avec une signification et une symbolique qui nous échappent complètement, parce qu’on n’a pas les codes et les références nécessaires. Et c’est ok aussi.

Par exemple, ces méduses-parapluies, accrochées au plafond d’un entrepôt ouvert converti en bar / espace d’exposition, qui semblaient flotter au-dessus des gens réunis autour d’un vin chaud. Je n’ai pas la moindre idée si elles avaient une autre vocation que leur beauté et l’onirisme qui se dégageait de cette installation. Tout ce que je sais, c’est que j’ai passé plusieurs minutes le nez en l’air, totalement captivée. C’était beau, et doux, et apaisant.

Flair Expo – Exposition d'art lumineux sur les rives du lac de Bienne Flair Expo – Exposition d'art lumineux sur les rives du lac de Bienne Flair Expo – Exposition d'art lumineux sur les rives du lac de Bienne
Flair Expo – Exposition d'art lumineux sur les rives du lac de Bienne
Flair Expo – Exposition d'art lumineux sur les rives du lac de Bienne

Message envoyé à mon amie AL, ce soir-là: « J’ai retrouvé les pixels !!! ». Réminiscence de ma toute première Fête des Lumières lyonnaise, en décembre 2007. Des cubes lumineux et colorés étaient installés sur les rives du Rhône, et d’après la légende (c’est à dire une discussion entre deux types random), les artistes auraient expliqué qu’ils représentaient un écran géant éclaté. Des pixels, donc.

J’avais adoré cette installation, et ça m’a beaucoup amusée de découvrir cet alignement de cubes lumineux, qui y ressemblaient beaucoup, au bord de la Thielle. Ça ne semblait en revanche pas rattaché au reste de l’exposition et je n’ai réussi à trouver aucune information sur qui en étaient les auteur‧ices – impossible donc de savoir si ces cubes avaient un lien ou non avec les « pixels » lyonnais.

Flair Expo – Exposition d'art lumineux sur les rives du lac de Bienne Flair Expo – Exposition d'art lumineux sur les rives du lac de Bienne Flair Expo – Exposition d'art lumineux sur les rives du lac de Bienne Flair Expo – Exposition d'art lumineux sur les rives du lac de Bienne

Changement d’ambiance. Un samedi de fin avril, nous profitons du soleil encore doux pour aller faire un tour au Terrain Gurzelen, cet ancien stade de foot reconverti en lieu d’expérimentation sociale et culturelle et en zone d’agriculture urbaine.

Ce jour-là, un vieux tracteur semait des rangées de pois chiches (bientôt: le houmous aux pois chiches ultra locaux 😍), une équipe de tournage s’activait autour d’une voiture décapotable (on n’a jamais su ce qu’iels filmaient), des ados enchaînaient les figures sur les rampes d’un skate park, quelques personnes s’occupaient de leur coin de potager.

Il se dégage toujours de ce lieu une belle énergie créative et alternative, et j’aime énormément voir les différents projets qui s’y développent ♥︎

Le printemps au terrain Gurzelen Le printemps au terrain Gurzelen Le printemps au terrain Gurzelen
Le printemps au terrain Gurzelen
Le printemps au terrain Gurzelen
Le printemps au terrain Gurzelen Le printemps au terrain Gurzelen Le printemps au terrain Gurzelen Le printemps au terrain Gurzelen
Le printemps au terrain Gurzelen
Le printemps au terrain Gurzelen
Le printemps au terrain Gurzelen
Le printemps au terrain Gurzelen
Le printemps au terrain Gurzelen

En parlant de potager, j’hésitais sérieusement à retenter le coup cette année, considérant que j’ai un peu atteint les limites de mon expérimentation de cultures de balcon. L’année passée, après avoir bichonné mes petits plants tout le printemps et tout l’été, j’ai fait la récolte astronomique d’exactement: deux tomates minuscules, un poivron, une petite poignée de tomates cerises, un petit bouquet de persil, zéro courgettes. Les plants poussaient bien, produisaient de belles feuilles et de nombreuses fleurs, mais niveau légumes c’était le néant. J’ignore s’ils reçoivent assez de soleil sur mon balcon entouré d’arbres, s’il y a suffisamment de pollinisateurs, si je m’y prends mal d’une manière ou d’une autre. Certains plants ont été mangés par des chenilles en l’espace de deux jours; d’autres ont été infestés d’acariens.

Mon but n’a jamais vraiment été de produire de quoi me nourrir, mais plutôt de comprendre comment ça fonctionne, de me faire une idée du travail qu’il y a derrière les légumes que je consomme. Ce n’était donc pas bien grave, mais un peu frustrant quand même.

Ce printemps, j’étais plus ou moins décidée à ne semer que des fleurs, jusqu’à une discussion avec ma marraine qui m’a motivée à refaire des semis à destination de son potager à elle. Les petites plantes sont parties s’y installer à la fin du printemps, et j’ai planté celles qui me restaient sur le balcon, un peu tardivement, au début d’un été humide et peu ensoleillé, sans attente particulière. Et comme la nature n’en fait qu’à sa tête, tout ça a poussé de manière impressionnante et il n’est actuellement pas impossible que je ramasse quelques légumes avant l’automne.

Jeunes pousses de tomates et de courgettes prenant le soleil sur la table du balcon
Plantes qui poussent spontanément dans une jardinière de balcon

Autre drôle d’exemple de « la nature fait bien ce qu’elle veut »: l’année dernière, juste avant le premier confinement, j’ai installé sur le balcon une jardinière en bois dans laquelle rien n’a survécu. Les graines de salade que j’ai semées n’ont jamais levé, les plants de basilic et d’origan ont dépéri. Et puis cette année, à la toute fin de l’hiver, des petites pousses ont émergé de la terre encore recouverte par la dernière neige.

Jeunes plants de tomates et de courgettes, quelques semaines après les semis Salades et céréales qui poussent spontanément dans une jardinière de balcon Salades et céréales qui poussent spontanément dans une jardinière de balcon

J’ai tout laissé là, curieuse de voir ce qui allait pousser si je laissais la nature se débrouiller sans que je ne m’en mêle. Au fil des semaines, j’ai vu grandir dans ma jardinière autogérée les salades qui n’avaient rien voulu savoir l’année précédente, des céréales issues d’épis contenus dans la paille qui recouvrait la surface du terreau, ainsi qu’une plante mystérieuse qui ne correspondait à rien de ce que j’avais planté ou semé à aucun endroit du balcon – qui s’est finalement révélé être une variété de camomille arrivée là nul ne sait comment.

Camomille qui pousse spontanément dans une jardinière de balcon
Céréales qui poussent spontanément dans une jardinière de balcon

Au printemps, il y a aussi eu plein de balades, dès qu’on en avait l’occasion; en forêt, en ville, au bord du lac. Me remettre en mouvement, parfois laisser nos pas nous guider un peu au hasard, l’occasion de découvrir des paysages encore inconnus dans notre région et des coins mignons de notre ville, où la vie nous semble toujours si agréable après bientôt six ans.

Objets hétéroclites vendus par une petite brocante installée dans la vieille ville
Objets hétéroclites vendus par une petite brocante installée dans la vieille ville Objets hétéroclites vendus par une petite brocante installée dans la vieille ville Objets hétéroclites vendus par une petite brocante installée dans la vieille ville
Porte en bois sur laquelle est gravée une caducée: un baton surmonté d'une pair d'ailes et entouré de deux serpents entrelacés Herbes aromatiques en libre service Arbustes dans des grands pots, devant une maison Une jolie ruelle de Bienne
Bord du lac de Bienne à proximité de la centrale hydroélectrique de Hagneck
Promenade autour du lac de Bürgaschi
Feuilles de nénuphar rouges et reflet d'un nuage du la surface de l'eau
Une grande maison aux volets bleus, en partie cachée derrière la végétation
Petite figurine de ballerine en porceleine déposée sur une souche d'arbre dans la forêt Promenade printanière en forêt Promenade printanière en forêt

Et bien sûr, des chats mignons et des jolies plantes d’intérieur ♥︎

Plusieurs jeunes feuilles sur une Calathea Network Jeunes feuilles de ctenanthe burle-marxii amagris Jeune feuille de calathea triostar
Printemps 2021 – Jonquilles en tout début de floraison

Je prends enfin le temps de partager mes petites tranches de vie du printemps dernier, alors que l’été tire déjà – enfin – à sa fin et que les souvenirs s’estompent un peu.

À cette impression de flou, s’ajoute la difficulté de reprendre la plume après une période plus ou moins longue loin du blog, d’autant plus en ce moment où ma motivation semble à nouveau s’être égarée dans une interminable partie de cache-cache.

Ce billet s’annonce donc un peu décousu, mais il y aura plein de photos de petites fleurs.

Merci d’avance pour votre indulgence ♥︎

Fleurs au tout début du printemps Fleurs au tout début du printemps Fleurs au tout début du printemps
Branches d'un prunus recouvertes de fleurs rose pâle

Comme chaque printemps, j’ai donc photographié beaucoup – beaucoup – de petites fleurs; celles du prunus de nos voisins et du cerisier de ma grand-maman; celles des parcs et des places de ma ville, qu’elles soient plantées là par des humains ou qu’elles se fraient par leurs propres moyens un chemin au milieu du béton; celles qui qui émergent parmi la végétation des sous-bois.

Je ne m’en lasse jamais, observer la nature qui s’éveille à la sortie de l’hiver fait toujours partie de mes plus grandes joies. Et cette année peut-être un peu plus qu’une autre, après avoir passé plusieurs semaines coincée chez moi par les douleurs liées à mon orteil cassé en janvier. Le retour des jours plus lumineux et le fait de pouvoir recommencer à sortir m’a donné l’impression de revivre (je sais que j’ai l’air d’en faire des caisses avec cette histoire d’orteil, je ne soupçonnais à vrai dire pas moi-même qu’une blessure si bête et anodine aurait un tel effet négatif sur ma santé mentale).

Petites fleurs printanières Petites fleurs printanières Façade d'une maison recouverte de glycine en fleurs
Deux bouleaux, un banc et des pâquerettes dans un petit parc de Bienne Parterre de pâquerettes sur les bords d'un petit cours d'eau Vue sur le lac de Bienne depuis le Pavillon

En mars-avril, quand il faisait encore beau mais frais, nous nous sommes parfois offert une longue pause dans nos journées de télétravail pour casser la routine, passer à la boulangerie, et combiner notre repas de midi avec une longue promenade.

Et puis, le vendredi soir, profiter des soirées qui s’allongent pour préparer un pique-nique, ou passer chercher un burger végétalien, et aller déguster notre repas au bord du lac, presque les pieds dans l’eau.

Les derniers rayons de lumière du jour au-dessus du lac de Bienne
Fin de journée au bord du lac
Fin de journée au bord du lac
Fin de journée au bord du lac
Burger végétalien dégusté au bord du lac de Bienne
Fin de journée au bord du lac
Fin de journée au bord du lac

Le retour d’un de nos petits rituels préférés: les petits déjeuners du samedi à la vieille ville, sous une forme un peu différente à avant la pandémie, mais écoutez c’est très bien aussi et à ce stade n’importe quel semblant de « normalité » me semble miraculeux – et alors ces croissants au chocolat végétaliens, quelles merveilles.

Croissants au chocolat et cappuccino végétaliens savourés dans la vieille ville

Un soir, à la nuit tombée, nous partons explorer les alentours du lac de Bienne où était organisée une exposition d’art contemporain lumineux. J’ai réalisé qu’il s’agissait de ma première activité culturelle depuis plus d’un an, et je crois que je ne me rendais pas bien compte à quel point ça me manquait.

Flair Expo – Exposition d'art lumineux sur les rives du lac de Bienne

C’était tantôt poétique, tantôt drôle, tantôt incompréhensible à moins de lire la note d’intention de quatre pages des artistes – et encore. Je garde ce vieux réflexe 100% nul de mes cours en école d’arts, qui me pousse à toujours chercher le concept alambiqué derrière toute œuvre un peu contemporaine. Toutes ces années après, ça me demande un certain effort d’apprendre à arrêter de vouloir tout comprendre et analyser, et de réussir à juste apprécier une œuvre pour son esthétisme, les émotions et les réflexions qu’elle provoque.

Parfois, ça n’a rien à voir avec l’intention de l’artiste, et c’est ok.

Parfois on passe à côté d’un truc de génie, avec une signification et une symbolique qui nous échappent complètement, parce qu’on n’a pas les codes et les références nécessaires. Et c’est ok aussi.

Par exemple, ces méduses-parapluies, accrochées au plafond d’un entrepôt ouvert converti en bar / espace d’exposition, qui semblaient flotter au-dessus des gens réunis autour d’un vin chaud. Je n’ai pas la moindre idée si elles avaient une autre vocation que leur beauté et l’onirisme qui se dégageait de cette installation. Tout ce que je sais, c’est que j’ai passé plusieurs minutes le nez en l’air, totalement captivée. C’était beau, et doux, et apaisant.

Flair Expo – Exposition d'art lumineux sur les rives du lac de Bienne Flair Expo – Exposition d'art lumineux sur les rives du lac de Bienne Flair Expo – Exposition d'art lumineux sur les rives du lac de Bienne
Flair Expo – Exposition d'art lumineux sur les rives du lac de Bienne
Flair Expo – Exposition d'art lumineux sur les rives du lac de Bienne

Message envoyé à mon amie AL, ce soir-là: « J’ai retrouvé les pixels !!! ». Réminiscence de ma toute première Fête des Lumières lyonnaise, en décembre 2007. Des cubes lumineux et colorés étaient installés sur les rives du Rhône, et d’après la légende (c’est à dire une discussion entre deux types random), les artistes auraient expliqué qu’ils représentaient un écran géant éclaté. Des pixels, donc.

J’avais adoré cette installation, et ça m’a beaucoup amusée de découvrir cet alignement de cubes lumineux, qui y ressemblaient beaucoup, au bord de la Thielle. Ça ne semblait en revanche pas rattaché au reste de l’exposition et je n’ai réussi à trouver aucune information sur qui en étaient les auteur‧ices – impossible donc de savoir si ces cubes avaient un lien ou non avec les « pixels » lyonnais.

Flair Expo – Exposition d'art lumineux sur les rives du lac de Bienne Flair Expo – Exposition d'art lumineux sur les rives du lac de Bienne Flair Expo – Exposition d'art lumineux sur les rives du lac de Bienne Flair Expo – Exposition d'art lumineux sur les rives du lac de Bienne

Changement d’ambiance. Un samedi de fin avril, nous profitons du soleil encore doux pour aller faire un tour au Terrain Gurzelen, cet ancien stade de foot reconverti en lieu d’expérimentation sociale et culturelle et en zone d’agriculture urbaine.

Ce jour-là, un vieux tracteur semait des rangées de pois chiches (bientôt: le houmous aux pois chiches ultra locaux 😍), une équipe de tournage s’activait autour d’une voiture décapotable (on n’a jamais su ce qu’iels filmaient), des ados enchaînaient les figures sur les rampes d’un skate park, quelques personnes s’occupaient de leur coin de potager.

Il se dégage toujours de ce lieu une belle énergie créative et alternative, et j’aime énormément voir les différents projets qui s’y développent ♥︎

Le printemps au terrain Gurzelen Le printemps au terrain Gurzelen Le printemps au terrain Gurzelen
Le printemps au terrain Gurzelen
Le printemps au terrain Gurzelen
Le printemps au terrain Gurzelen Le printemps au terrain Gurzelen Le printemps au terrain Gurzelen Le printemps au terrain Gurzelen
Le printemps au terrain Gurzelen
Le printemps au terrain Gurzelen
Le printemps au terrain Gurzelen
Le printemps au terrain Gurzelen
Le printemps au terrain Gurzelen

En parlant de potager, j’hésitais sérieusement à retenter le coup cette année, considérant que j’ai un peu atteint les limites de mon expérimentation de cultures de balcon. L’année passée, après avoir bichonné mes petits plants tout le printemps et tout l’été, j’ai fait la récolte astronomique d’exactement: deux tomates minuscules, un poivron, une petite poignée de tomates cerises, un petit bouquet de persil, zéro courgettes. Les plants poussaient bien, produisaient de belles feuilles et de nombreuses fleurs, mais niveau légumes c’était le néant. J’ignore s’ils reçoivent assez de soleil sur mon balcon entouré d’arbres, s’il y a suffisamment de pollinisateurs, si je m’y prends mal d’une manière ou d’une autre. Certains plants ont été mangés par des chenilles en l’espace de deux jours; d’autres ont été infestés d’acariens.

Mon but n’a jamais vraiment été de produire de quoi me nourrir, mais plutôt de comprendre comment ça fonctionne, de me faire une idée du travail qu’il y a derrière les légumes que je consomme. Ce n’était donc pas bien grave, mais un peu frustrant quand même.

Ce printemps, j’étais plus ou moins décidée à ne semer que des fleurs, jusqu’à une discussion avec ma marraine qui m’a motivée à refaire des semis à destination de son potager à elle. Les petites plantes sont parties s’y installer à la fin du printemps, et j’ai planté celles qui me restaient sur le balcon, un peu tardivement, au début d’un été humide et peu ensoleillé, sans attente particulière. Et comme la nature n’en fait qu’à sa tête, tout ça a poussé de manière impressionnante et il n’est actuellement pas impossible que je ramasse quelques légumes avant l’automne.

Jeunes pousses de tomates et de courgettes prenant le soleil sur la table du balcon
Plantes qui poussent spontanément dans une jardinière de balcon

Autre drôle d’exemple de « la nature fait bien ce qu’elle veut »: l’année dernière, juste avant le premier confinement, j’ai installé sur le balcon une jardinière en bois dans laquelle rien n’a survécu. Les graines de salade que j’ai semées n’ont jamais levé, les plants de basilic et d’origan ont dépéri. Et puis cette année, à la toute fin de l’hiver, des petites pousses ont émergé de la terre encore recouverte par la dernière neige.

Jeunes plants de tomates et de courgettes, quelques semaines après les semis Salades et céréales qui poussent spontanément dans une jardinière de balcon Salades et céréales qui poussent spontanément dans une jardinière de balcon

J’ai tout laissé là, curieuse de voir ce qui allait pousser si je laissais la nature se débrouiller sans que je ne m’en mêle. Au fil des semaines, j’ai vu grandir dans ma jardinière autogérée les salades qui n’avaient rien voulu savoir l’année précédente, des céréales issues d’épis contenus dans la paille qui recouvrait la surface du terreau, ainsi qu’une plante mystérieuse qui ne correspondait à rien de ce que j’avais planté ou semé à aucun endroit du balcon – qui s’est finalement révélé être une variété de camomille arrivée là nul ne sait comment.

Camomille qui pousse spontanément dans une jardinière de balcon
Céréales qui poussent spontanément dans une jardinière de balcon

Au printemps, il y a aussi eu plein de balades, dès qu’on en avait l’occasion; en forêt, en ville, au bord du lac. Me remettre en mouvement, parfois laisser nos pas nous guider un peu au hasard, l’occasion de découvrir des paysages encore inconnus dans notre région et des coins mignons de notre ville, où la vie nous semble toujours si agréable après bientôt six ans.

Objets hétéroclites vendus par une petite brocante installée dans la vieille ville
Objets hétéroclites vendus par une petite brocante installée dans la vieille ville Objets hétéroclites vendus par une petite brocante installée dans la vieille ville Objets hétéroclites vendus par une petite brocante installée dans la vieille ville
Porte en bois sur laquelle est gravée une caducée: un baton surmonté d'une pair d'ailes et entouré de deux serpents entrelacés Herbes aromatiques en libre service Arbustes dans des grands pots, devant une maison Une jolie ruelle de Bienne
Bord du lac de Bienne à proximité de la centrale hydroélectrique de Hagneck
Promenade autour du lac de Bürgaschi
Feuilles de nénuphar rouges et reflet d'un nuage du la surface de l'eau
Une grande maison aux volets bleus, en partie cachée derrière la végétation
Petite figurine de ballerine en porceleine déposée sur une souche d'arbre dans la forêt Promenade printanière en forêt Promenade printanière en forêt

Et bien sûr, des chats mignons et des jolies plantes d’intérieur ♥︎

Plusieurs jeunes feuilles sur une Calathea Network Jeunes feuilles de ctenanthe burle-marxii amagris Jeune feuille de calathea triostar
Calathea et ukulele bleu Jeune feuille de Monstera Andansonii Chaine de coeurs et livre "Botanicum" en arrière plan Fleurs en train d'éclore sur une Calathea

2 commentaires

  1. Laurelas

    Répondre

    Chouettes morceaux de printemps (j’aime tellement prendre en photo les fleurs à la sortie de l’hiver aussi, un de mes grands plaisirs :))
    (par contre ton article s’est comme dédoublé, je sais pas si tu as vu !)

    1. Aline

      Répondre

      Merci beaucoup Yasmine pour ton petit mot, et yay pour les photos printanières de petites fleurs ! *o*

      Oui j’ai vu ça dans le « WordPress Reader », qui s’obstine à afficher une précédente version du billet que j’ai pourtant supprimée ET effacé de la corbeille. Ça ne vient pas du flux RSS, mais de ce que j’ai pu voir avec une recherche rapide sur Google, il y a pas mal de bugs de ce genre dans le lecteur de WordPress. Bizarre mais tant pis ^^’

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser les balises HTML suivantes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.